Joie et contentement

En réaction à la lettre de Valérie Renaud-Martin intitulée «M. le maire, ne... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Valérie Renaud-Martin intitulée «M. le maire, ne nous prenez pas pour des nuls!», publiée dans notre édition du 5 avril.

Wow! Quel bonheur d'avoir lu madame Valérie Renaud-Martin le mercredi 5 avril.

Un texte éclairant et précis. Sans parti-pris. Sinon que d'être clair et net. Sa posture de mettre l'aiguille déboussolée du maire à la bonne place fait du bien. 

Parce que la démonstration qu'elle fait en est une du type CQFD (ce qu'il fallait démontrer). On y trouve beaucoup de limpidité sans attaques.

Ça fait du bien aussi de constater que les explications données enlèveront toutes sortes de préjugés envers les taxes et la valeur foncières. 

Parmi mes proches, on a insisté souvent pour me dire que l'augmentation de la valeur de ma propriété devrait me faire plaisir. Puisque je m'enrichissais. Ce qui avait l'heur de me mettre en *&?%.

Même chose pour le taux d'imposition (1,2238 $/par tranche de 100 $). Fallait que je sois content. Ben non! 

Premièrement, le taux est déboussolé par rapport au taux des villes comparables. Deuxièmement, si je vends, faudra toujours bien que je me reloge. Si c'est à Trois-Rivières, les augmentations auront produit leurs effets pervers là aussi. Si c'est ailleurs, ce sera plus grave. Ça ne fera donc que du donnant-donnant. Où donc est mon gain ou mon avantage de me faire poivrer par ce maire-là? Nulle part!

Ça coûte cher de demeurer dans la région où le revenu disponible par habitant est le plus faible des régions métropolitaines de recensement (Institut de la Statistique, mise à jour le 17 mars 2017). Et, parmi les plus faibles des régions administratives, 14e-15e sur 17. Seul le Nord-du-Québec est réellement plus bas. Le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine sont à toutes fins utiles égales à nous. Réjouissant, non?

Quand vous serez au courant de ce que ce maire-là, et son entourage vous auront coûté au total (quatre ans à Trois-Rivières-Ouest et 15 ans à Trois-Rivières), vous saurez également ce qu'il vous restera à payer sur une douzaine d'années. 

Après qu'il aura eu le discernement ou le bon sens d'encaisser ses très généreux régimes de retraite (vous ne voulez pas savoir quelle serait son revenu de retraite présentement, croyez-le) et de ne pas se représenter aux élections de 2017. 

Son produit politique total date du 20e siècle et il est périmé. Point!

Sans oublier que toutes les corporations nous coûtent extrêmement cher. Faut payer les directions et les personnels. 

On paie pour l'Amphithéâtre (et on paiera longtemps) à coups de millions. Bientôt pour un nouveau colisée ou aréna en dehors de ce qui existe déjà. On paie pour la Corpo de l'Amphithéâtre, mais aussi pour la Corpo des évènements à l'Amphithéâtre. Et, comme Trifluviens, on paie le plein prix pour assister aux représentations. Le même prix que ceux qui viennent de Berthier, pour donner un exemple.

Bref, le but premier était de saluer hautement Madame Renaud-Martin. Et, comme une bonne nouvelle peut arriver en même temps qu'une autre: souligner l'initiative citoyenne réussie de madame Geneviève Boivin sur l'avenir de Ma Trifluvie. Bravo et chapeau!

Rafraichissant, rassérénant et annonciateur de changements.

Jean-Claude Soulard

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer