Carrefour des lecteurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Un moratoire sur les jeux d'eau du maire

Ça presse! Une majorité de conseillers trifluviens pourraient et devraient se rallier aux trois courageux conseillers (Aubin, Bélisle et Fortin) qui se sont opposés à la dernière folie des grandeurs du Sieur de la place pour proposer un moratoire sur cette autre saga aquatique.

Faut-il gaspiller des tonnes de gallons d'eau potable produits à grands frais afin de satisfaire l'ego du premier magistrat de la ville?

La Ville ne devrait-elle pas plutôt consacrer le budget prévu de 1,5 M$ à la plantation de dizaines de milliers d'arbres qui serviraient, en plus de capter le CO2, à cacher le joli (?) amalgame cuboïde de béton, métal, plastique, verroterie et gazon artificiel que constitue le monument Amphi Cogeco qui obstrue à toutes fins utiles la vue sur le fleuve.

Les conseillers ont-ils bien réfléchi à ces données avant d'approuver, les yeux fermés, cet autre projet du maire trifluvien encore en place pour quelques mois? 

Les contribuables trifluviens ne doivent pas être les dindons de la farce et doivent refuser de payer de leurs deniers l'eau potable qui ferait le bonheur superficiel et occasionnel de quelques visiteurs en quête de fraîcheur lors de la quinzaine de jours caniculaires de juillet?

Alors: «Aux armes, citoyens!»: téléphonons, facebookons, twittons à nos conseillers pour qu'ils se réveillent et refusent les «bonbons» offerts à leur district par leur maître... en échange de leur approbation aveugle à un miroir aux alouettes parachuté sans crier gare.

Lors des élections de novembre prochain, il faudra se souvenir des conseillers «Oui-Oui! M. le Maire».

Voilà une autre bonne occasion pour les citoyens de tenter de faire appliquer la démocratie participative qui n'existe pas à Trois-Rivières.

Philippe Giroul

Trois-Rivières

On s'est fait avoir!

Les hausses de salaires des hauts dirigeants sont des insultes à tous les Québécois, qui se sont fait avoir par vous. On vient à votre secours, et comme ristourne à notre aide, vous vous donnez des augmentations de 48 %. Quelle honte! Pendant ce temps-là, nous, nous payons pour le taux de change (300 millions $) et les intérêts de ce 1,3 milliard $. Quelle vacherie! Honte à vous! On s'est fait avoir par vous!

Claude Lafrenière

Saint-Boniface




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer