Le courage de ses convictions

L'ancien conseiller municipal auteur du Code de vie... (Sylvain Mayer)

Agrandir

L'ancien conseiller municipal auteur du Code de vie d'Hérouxville, André Drouin.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans les heures et les jours qui ont suivi la rédaction du Code de vie d'Hérouxville, bien des médias ont afflué dans ce petit village pour révéler au grand jour l'existence d'un tel code, mais davantage pour dénoncer et ridiculiser pareille initiative.

Selon leurs propos, comment osait-on parler d'excision, de dilapidation, de mixité dans les bains publics, etc. alors que la présence de musulmans ou étrangers habitant l'endroit était quasi nulle? D'autant plus qu'un des coauteurs de ce code, André Drouin n'était pas un bien-pensant issu de l'intelligentsia québécoise.

Toute cette opération relevait du show de boucane, pouvait-on lire, alors qu'à cette période le Québec s'enlisait dans le débat des accommodements religieux. Et pourtant, c'est à la suite de ce coup d'éclat orchestré par ce non-Montréalais que la commission Bouchard-Taylor a vu le jour.

André Drouin était avant tout un homme d'action, et au-delà des mots, tels que: communautarisme, racisme, interculturalisme, multiculturalisme, pluralisme, diversité ethnique, laïcité ouverte ou fermée, islamophobie, etc. qui, pour lui, somme toute, conduisait à des débats stériles, il fallait au contraire engager l'action vers l'objectif commun du mieux-vivre ensemble. Et ce fut le combat d'une bonne partie de sa vie. 

Porte-parole à sa façon de la majorité silencieuse, il fut un ardent défenseur d'une charte de la laïcité, et il appréhendait à juste titre la déconstruction de notre identité nationale par le multiculturalisme, refusant que la culture québécoise en soit une parmi tant d'autres. 

Certes, il y a eu de sa part certaines errances, certains dérapages, mais que de courage André Drouin a du faire preuve, pour braver les railleries et le snobisme dont il fut l'objet, et pour ramer à contre-courant des idéologies de la gaugauche et de la pensée unique. Comme lui, de la ténacité et de la résistance il nous faudra collectivement en démontrer afin de poursuivre ce même combat, celui de la nécessaire laïcité, mais également celui de l'affirmation de notre identité nationale et de notre langue. 

Ce fut un réel privilège pour moi de côtoyer trop peu hélas, cet homme qui, contre vents et marées, a eu le courage de ses convictions.

Monique Parent

Trois-Rivières




À lire aussi

  • <em>Adieu, monsieur Drouin</em>

    Opinions

    Adieu, monsieur Drouin

    Voici que depuis le décès du conseiller Drouin d'Hérouxville, Le Nouvelliste a jugé pertinent de diffuser des opinions de lecteurs qui... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer