Le fleuron québécois est flétri

C'est incroyable de voir ce que l'avarice peut affecter le jugement de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

C'est incroyable de voir ce que l'avarice peut affecter le jugement de certaines personnes.

Évidemment, il est question des six dirigeants de Bombardier. Ils ont soulevé l'indignation des Québécois par leur appétit insatiable de se bourrer les poches. 

Tous les mots ont été utilisés pour décrier cette situation tels que: scandaleux, ignoble, indécent, intolérable, etc. 

Pour ma part, je dis que ce sont des bandits à cravate.

Le président exécutif du conseil d'administration de Bombardier, Pierre Beaudoin, a réduit sa rémunération au niveau de 2015. 

Le pauvre! Il devra faire son épicerie avec des coupons rabais... Son geste est trop peu et trop tard.

La multinationale a mis la charrue avant les boeufs. Le PDG Alain Bellemare a pour sa part annoncé que les hausses salariales étaient reportées à 2020, à condition que l'entreprise atteigne ses objectifs de rentabilité. C'est bien la moindre des choses. 

Mais tout cela n'a pas réussi à me convaincre.

Un fait demeure clair dans l'esprit de plusieurs: ils se sont servis de l'argent des contribuables pour s'enrichir. 

Que les subventions soient venues du Québec ou d'Ottawa, c'est toujours le même individu qui paie et je suis curieuse de savoir combien cela lui coûte.

Les dirigeants de Bombardier ont agi avec un sans-gêne pitoyable. Le fleuron québécois est flétri.

J'espère que lorsqu'ils frapperont à nouveau aux portes des gouvernements, que ces dernières seront fermées.

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer