• Le Nouvelliste > 
  • Opinions 
  • Rapport de la Vérificatrice générale: plus ça change, plus c'est pareil au MTQ 

Rapport de la Vérificatrice générale: plus ça change, plus c'est pareil au MTQ

La vérificatrice générale, Guylaine Leclerc.... (Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

La vérificatrice générale, Guylaine Leclerc.

Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Richard Perron, est président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) accueille, encore une fois, avec frustration les observations du Vérificateur général. Dans un énième rapport, la vérificatrice générale, Mme Guylaine Leclerc, dénonce les irrégularités dans l'attribution des contrats par le ministère des Transports (MTQ).

Les lacunes relevées par la vérificatrice générale sont nombreuses et, malheureusement, elles ne sont pas nouvelles. Que ce soient des lacunes dans l'attribution et la surveillance des contrats ou encore les ratés de la haute direction, il s'agit là d'exemples probants de la gangrène qui ronge le MTQ.

La conjoncture est donc favorable pour miser sur l'expertise des professionnels et du gouvernement du Québec et ainsi s'assurer d'une gestion efficiente et intègre des fonds publics. La vérificatrice générale et la commission Charbonneau ont démontré que la perte d'expertise au ministère des Transports a pavé la voie à une gestion plus que discutable des deniers publics.

Alors que le gouvernement Charest s'était fixé comme cible, après la publication du rapport Duschesneau en 2011, l'embauche de près de 1000 employés au MTQ pour reprendre le contrôle et la surveillance d'au moins 25 % des chantiers, on constate une diminution des effectifs professionnels du SPGQ de 13 % de 2015 à 2017. 

Cela va à l'encontre des recommandations de la commission Charbonneau et du gros bon sens qui devrait en découler. Non seulement les salaires ne sont pas au rendez-vous - avec un retard de 23 % constaté par l'ISQ -, mais le gouvernement joue au dur en refusant d'ajuster ces salaires au marché du travail comme le réclame pourtant la CAQ elle-même!

Le gouvernement du Québec doit comprendre l'urgence de réinvestir dans l'attraction et la rétention de professionnelles et professionnels qualifiés. Ce réinvestissement est primordial pour la reconstruction de l'expertise interne, tant au MTQ que dans les autres ministères et organismes.

La vérificatrice générale a dénombré quatre politiques, 21 directives, 45 procédures, 79 formulaires, des normes présentées dans quatre cahiers de charge et de devis généraux, 46 devis types et 11 guides techniques ainsi que 29 notes d'orientation. De quoi en perdre son latin!

Au lieu de régler les problèmes au sein de l'organisation, la direction choisissait d'alourdir la tâche, rendant ainsi encore plus difficile la surveillance des contrats octroyés aux firmes privées.

Pourtant, dès novembre 2015, la commission Charbonneau recommandait dans son rapport de doter le Québec d'une Autorité des marchés publics (AMP), une instance nationale d'encadrement des marchés publics qui serait la réponse appropriée pour assurer l'intégrité des processus.

De plus, le SPGQ a recommandé de permettre à l'Assemblée nationale du Québec de procéder à la nomination du président-directeur général et des vice-présidents de l'AMP afin de protéger l'indépendance et l'impartialité dans l'exercice de leurs fonctions des personnes désignées, ainsi qu'à apporter une plus grande transparence dans le processus de sélection et de désignation de ces dernières, une recommandation qui ne semble pas avoir eu d'écho.

Plus ça change, plus c'est pareil. Nous nous devons de refuser ce constat et de demander au gouvernement d'agir en conséquence, pour le bien des Québécois!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer