Le carrefour des lecteurs

Les deux jeunes coqs de la politique (123RF/eobrazy)

Agrandir

123RF/eobrazy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Les deux jeunes coqs de la politique

Comment exprimer le plus clairement possible qu'une personne exhibe ou non un certain courage politique? Dernièrement, nous avons été témoins de deux conférences de presse très étranges. D'un côté, Gabriel Nadeau-Dubois qui, de manière très virulente, s'en est pris aux vieux partis, spécialement le Parti québécois, en affirmant qu'il ne se reconnaissait plus dans ce parti pourtant supposé défendre une de ses ambitions premières, c'est-à-dire faire l'indépendance.

Quelques instants après, Paul St-Pierre Plamondon réfutait de façon très énergique ces allégations et reniait presque, par le fait même, GND comme membre du parti. 

Voici deux nouveaux coqs dans l'arène politique qui sont vus comme le renouveau politique. Gabriel Nadeau-Dubois, fort de ce passe-droit gratuit offert par le PQ de ne présenter aucun adversaire dans Gouin, et sûrement Paul St-Pierre Plamondon, à qui on a sûrement promis une circonscription sûre.

Comme atteinte a la démocratie, on ne peut faire mieux. 

Alors comment voir si ces deux jeunes coqs ont vraiment de fortes convictions et sont prêts à les défendre? Poser la question est y répondre. Que le plus convaincant et convaincu ait le courage de lancer le défi. Que les deux se présentent un contre l'autre dans une lutte à finir dans une même circonscription.

Qui des deux aura ce courage politique? Personnellement, je crois qu'aucun n'aura ce courage parce que les deux préparent cette entrée depuis longtemps et ils ne sont pas prêts à laisser tomber cette passe gratuite qui leur procurera ce petit pactole, voire pension, au bout de quelques années à l'Assemblée nationale. 

Oui au renouveau mais définitivement non au déni de démocratie.

Jacques A. Dion

Trois-Rivières

Merci, monsieur le conseiller Fortin

Je ne suis pas familière avec le fonctionnement des décisions du conseil de ville, mais je crois comprendre que la remise en place d'un comité de toponymie à Trois-Rivières est le résultat d'une initiative du conseiller Pierre-Luc Fortin.

Je voudrais remercier ce conseiller pour avoir ramené ce dossier sur la sellette et pour avoir sensibilisé le conseil à l'importance d'un tel comité. Surtout après le dérapage de l'avenue des Draveurs.

Monsieur, je ne vous connais pas. Je n'habite pas dans votre district. Mais je vous lève mon chapeau.

Diane Drouin

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer