Les médecins à salaire s.v.p.

Historiquement, les médecins au Québec ont toujours été payés à l'acte. C'était... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Historiquement, les médecins au Québec ont toujours été payés à l'acte. C'était dans le temps des dinosaures. C'était tout à fait correct dans ce temps-là. Maintenant, ce temps est révolu.

L'autre jour, nous entendions que le Dr Louis Godin, président de la fédération des médecins, était préoccupé par les vacances au sein des postes libres en médecine familiale.

Nous entendions aussi la présidente de la Fédération des médecins spécialistes, Mme Diane Francoeur, qui pleurnichait sur le sort des pauvres médecins spécialistes qui en faisaient trop et par le fait même, voulait baisser le quota des patients à rencontrer. 

Lorsqu'on parle de la rémunération d'un omnipraticien, avec un salaire moyen de 244 000 $, je suis capable de vivre avec cela, même s'il devrait être payé selon un salaire de la capacité de la société québécoise. À ce que je sache, on parle d'un étudiant qui fait un bac-doc de cinq ans. En plus, ils peuvent s'incorporer. Le monde ordinaire ne peut pas s'incorporer, lui.

Moi, je me dis qu'un médecin spécialiste, pourrait gagner aux environs de 350 000 $, mais à salaire, pas à l'acte. Bien sûr, ce que je vous dis est très arbitraire. Mais je vais vous dire où je m'en vais avec cela.

Prenons l'exemple d'un radiologiste diagnostique dont les revenus bruts s'élèvent à 615 584 $. Selon les statistiques, il y a 653 radiologistes au Québec. Si on part du principe, que maintenant au Québec le médecin spécialiste gagne 350 000 $, (653 x 265 854 $), nous avons une économie annuelle totale de 173 602 662 $.

Un deuxième exemple: il y a 133 radio-oncologues qui pratiquent et qui gagnent environ 404 895 $. On enlève, ce qui est en haut de 350 000 $, comme l'exemple ci-haut et on arrive avec une économie (133 x 54 895 $) de 7 301 035 $.

Si on fait l'exercice avec plus de 9000 spécialistes avec un salaire moyen de 350 000 $, on arrive avec un surplus de 511 321 092 $.

Imaginez un peu plus d'un demi-milliard!!!

Étant donné qu'on pourrait mettre des sous dans la recherche et développement, on pourrait suivre l'exemple des États comme New York. On pourrait embaucher des physiciens. C'est payant la recherche.

Je rêve déjà. Embaucher d'autres médecins, des infirmières, des préposés aux bénéficiaires. On pourrait transférer de l'argent vers l'éducation. Moins d'étudiants dans les classes, des spécialistes pour certains élèves.

Je trouve épouvantable le pouvoir qu'ont les médecins envers les autres professions. 

Il serait souhaitable aussi de ne plus mettre de cote R afin que les étudiants puissent s'inscrire à la faculté de médecine sans contingence comme en France. On devrait aussi doubler ou tripler les montants des sessions de cette profession.

Je connais des médecins qui m'ont dit qu'ils gagnaient trop cher. Ils trouvaient que cela n'avait pas de bon sens.

Il y a des médecins qui gagnent plus d'un million par année au public. Je ne parle pas du privé.

Il y a certains médecins spécialistes qui ne veulent pas que leurs hôpitaux respectifs engagent d'autres médecins, parce qu'ils vont baisser de salaire.

Je pensais qu'un étudiant s'en allait vers la médecine par passion et pour la vocation. L'argent, encore l'argent. 

Comme une conférence donnée à Orlando en 2015, «Spie Medical imagine», il a été mentionné qu'ils sont en train de fabriquer un ordinateur qui va trouver les diagnostics sans l'aide d'un humain. Attention les radiologistes!

Si les radiologistes coûtaient moins cher, le système s'en porterait mieux. 

Je ne sais pas si un jour, nous aurons un gouvernement qui mettra ses culottes par rapport aux «enfants-rois médecins». Pauvres eux autres, ils font bien pitié. C'est incroyablement ridicule. 

André Bertrand

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer