On doit commémorer le passage chez nous de Charles de Gaulle

Le général de Gaulle était de passage à... (Archives La Presse)

Agrandir

Le général de Gaulle était de passage à Trois-Rivières, le 24 juillet 1967. Il s'était notamment arrêté au Séminaire Saint-Joseph. Aucune rue, aucun parc, aucune plaque commémorative à Trois-Rivières ne souligne la visite de ce chef d'État.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À l'aube du 24 juillet 1967, Trois-Rivières, cette vénérable ville d'histoire sise au coeur du Québec, allait être témoin d'un événement extraordinaire. Le libérateur de la France et président de la République française, le général Charles de Gaulle, allait s'arrêter en ses murs et s'adresser à sa population.

Parti de Québec tôt ce jour-là, empruntant l'historique Chemin du Roy pavoisé et décoré, il fit en tout six haltes entre la Vieille Capitale et Montréal. C'est au Séminaire Saint-Joseph qu'il fut accueilli chez nous et qu'il mit en émoi les nombreux Trifluviens venus le rencontrer. 

On raconte que c'est à Trois-Rivières, aux dires des journalistes étrangers qui l'accompagnaient, qu'il reçut l'accueil le plus chaleureux. Ce fut même, pour ce héros de la Deuxième Guerre mondiale, un accueil triomphal. La foule était massée sur son parcours et la cour du séminaire était bondée.

«Le Québec devient maître de lui-même, pour le bien du Canada tout entier», tonne de Gaulle ce jour-là dans notre ville qui comptait à l'époque quelque 60 000 habitants. Trois-Rivières fut la principale étape entre Québec et Montréal. Son passage fit l'histoire du Québec, comme le clamèrent les journaux à l'époque.

Le 24 juillet prochain, nous commémorerons le 50e anniversaire de ce grand jour, de ce jour qui propulsa la fierté francophone des Québécois et nous rappela notre destin singulier en terre d'Amérique. Nul lieu, nulle place, nulle rue, nul parc, nul monument ne portent aujourd'hui le nom de Charles de Gaulle à Trois-Rivières.

Il est grand temps que nous tous, citoyens et édiles, songions à réparer ce grand oubli en gravant dans un lieu adéquat et de grande visibilité dans notre cité mauricienne le nom de ce grand homme qui nous honora non seulement de sa présence mais aussi de son grand respect pour ce que nous avons été et pour ce que nous sommes. Souvenons-nous!

Noëlla Raymond

Trois-Rivières




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer