Une autre façon de faire de la politique 

Jean-François Aubin lors de l'annonce de sa candidature.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jean-François Aubin lors de l'annonce de sa candidature.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Jean-François Aubin, est conseiller du district de Marie-de-l'Incarnation et candidat à la mairie de Trois-Rivières.

L'éditorial de Martin Francoeur, «La saison des coups bas» dans l'édition du mercredi 1er mars implique, je crois, une réflexion sur la manière de faire de la politique municipale à Trois-Rivières.

Je ne reviendrai pas sur les faits évoqués dans cet éditorial, le dossier ayant été commenté en long et en large. J'ajouterai cependant, aux réflexions de M. Francoeur, une anecdote. Lorsque j'ai annoncé ma candidature à la mairie de Trois-Rivières, de nombreuses personnes sont venues me voir pour me dire qu'elles me trouvaient courageux. Courageux parce que je devais m'attendre à plusieurs attaques d'ordre personnel.

C'est du moins la perception de plusieurs citoyens. On me disait de me méfier des attaques envers les gens que j'aime, les projets que je porte ou les organismes avec lesquels j'ai travaillé. On m'a mis en garde que ma vie serait scrutée au détail près pour y chercher la faille.

Qu'à cela ne tienne, toutes ces remarques ont plutôt eu l'effet de consolider ma détermination à être candidat à la mairie. De deux choses l'une, soit ces craintes sont exagérées et dans ce cas, tant mieux, les échanges seront constructifs, soit c'est proche de la réalité. Alors il est plus que temps de faire un grand ménage dans ces pratiques politiques qui datent du Moyen âge.

J'en appelle donc à tous les candidats et candidates, que ce soit à la mairie ou dans les districts, faisons des campagnes d'idées, faisons avancer le débat et Trois-Rivières en sortira grandie.

La «politique» a déjà assez mauvaise presse auprès des citoyens, moi j'ai le goût de redonner confiance aux gens en leurs élus, et ce, en toute transparence, écoute et intégrité.

En disant cela, je suis conscient qu'il faut prêcher par l'exemple. Je prends donc tout de suite deux engagements qui sont profondément liés à mes convictions et mes valeurs.

Je m'engage à mener une campagne propre, sans jamais attaquer mes adversaires politiques sur leur vie personnelle ou leur entourage, mais plutôt à débattre de bonne foi sur l'avenir de notre ville et sur la manière de la diriger.

Je m'engage aussi à dénoncer et rendre publique toute intimidation, atteinte à la vie personnelle, chantage ou autre coup bas qui pourrait se produire lors de cette campagne électorale. 

Brisons les barrières de la peur, dénonçons les actes d'intimidation s'il y en a et concentrons-nous sur un vrai débat d'idées pour permettre aux Trifluviens et aux Trifluviennes de faire un choix éclairé, basé sur des propositions concrètes pour cette élection du 5 novembre 2017.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer