Desneiges, que ses filles appelaient Lucie...

Nous entendons parfois: «Le bien ne fait pas de bruit». Soeur Desneiges Picard... (123RF/eobrazy)

Agrandir

123RF/eobrazy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Nous entendons parfois: «Le bien ne fait pas de bruit». Soeur Desneiges Picard - que ses filles appelaient affectueusement soeur Lucie - a vécu sans bruit, presque cachée de sa douceur, de sa joie d'aimer, de son écoute respectueuse des jeunes filles qui lui étaient confiées par l'oeuvre du service social entre les années 1964 et 1991, à Sainte-Gertrude et Sainte-Angèle-de-Laval. Je l'ai vu accueillir inconditionnellement, écouter et accompagner les filles avec respect et attention. Chaque jeune fille de 6 à 18 ans trouvait près de soeur Lucie, pour une, une mère, pour une autre une grande soeur ou une grand-mère.

Je l'ai vue préparer de copieuses collations, chaque jour pour le retour de l'école et leur dire: «Servez-vous!» À ce moment, elle prenait place sur sa berçante et les invitait à partager le vécu de la journée, les bonnes choses comme les moins bonnes, sans intervenir, dans un climat de joie familiale... tout en cultivant ainsi la confiance en elles et sans distinction.  

Retournées dans leur famille respective, à la suite du départ du couvent, et ayant vécu une nouvelle expérience familiale avec soeur Lucie et les autres compagnes, nombreuses sont celles qui avaient recours au téléphone ou une visite pour garder le contact, lui présenter un nouvel amoureux ou son premier bébé. Soeur Lucie était devenue leur confidente privilégiée.

Membre de la congrégation des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge de Nicolet depuis le 21 août 1947, soeur Desneiges Picard est partie pour la Maison du Père le 16 février dernier à l'âge de 96 ans après une vie active dans l'amour de Dieu et des autres. Sa vie fut un temps de semences cachées au coeur de ses filles qu'elle n'a jamais cessé d'aimer... Les nombreux témoignages parviennent au couvent depuis l'annonce du décès de soeur Lucie.

Caro (nom fictif), écrit: «Ce soir, je suis orpheline de mère sociale. Soeur Lucie, je vous remercie d'avoir eu confiance en moi et de m'avoir remis sur le droit chemin en m'accordant une seconde chance. Je partage cet immense chagrin avec toutes les couventines... Reposez en paix... c'est une grande fierté que je sois une de vos filles.»

Une autre s'exprime en disant: «Vous m'avez transmis l'essentiel pour entreprendre le chemin d'adulte. Un brin de votre sagesse, un brin de votre détermination, un brin de votre humour, un brin de votre foi en un Dieu d'amour... Bref, être influencées par un brin de votre personnalité nous a toutes aidées et nous aide encore à cheminer dans la vie.»

Soeur Desneiges Picard (en religion soeur Lucie de Fatima) nous rassemblera pour ses funérailles le samedi 25 février en la chapelle de la Maison-Mère de la congrégation à Nicolet. Cette religieuse n'a pas aimé par des paroles et de longs discours mais en actes et en vérité. Elle ne s'est jamais laisser voler la joie de l'amour.

Demeurez en paix soeur Lucie. L'oeuvre d'amour que vous avez semé sans bruit germe et porte déjà ses fruits dans de nombreuses familles. Vous avez vécu, comme vous le disiez souvent, en laissant vivre les enfants en enfants et les ados en ados!

Vous êtes pour beaucoup une inspiration ma soeur, ma mère...

Michel Villemure

Nicolet




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer