Quatre trente sous pour quelques «cennes»

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Photo Fred Chartrand, La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Photo Fred Chartrand, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Une réforme électorale était bel et bien possible, s'il n'en tenait qu'à Justin Trudeau. Si l'opposition s'était rangée derrière sa proposition, le vote uninominal préférentiel, il aurait réformé le système, peu importe l'appui de la population.

À part Justin Trudeau, quelques éditorialistes et une poignée de militants libéraux, personne ne souhaite un mode de scrutin préférentiel. Ce n'est ressorti ni dans les consultations du comité parlementaire, ni lors des consultations publiques à travers le pays. 

Deux pays seulement utilisent ce système dans le monde entier pour élire leur chambre de représentants: la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Australie. 

Alors que plus de 85 % des pays industrialisés ont opté pour un système à finalité proportionnelle, qui implique que chaque parti obtient sensiblement la même proportion de sièges que de votes obtenus. La très grande majorité des interventions des experts (plus de 80 %) et des citoyens (plus de 70 %) lors de la dernière consultation vont dans ce sens. 

Pourquoi donc Justin Trudeau tient-il tant à ce système? Pourquoi en voudrait-on au Québec ou au Canada?

Un système préférentiel peut bien fonctionner lorsqu'un seul siège est à combler - course à la chefferie d'un parti, pour l'élection d'un maire ou pour une présidence - mais pas pour constituer des assemblées comme la Chambre des communes. 

La raison de la préférence de Trudeau est fort simple: le système préférentiel occasionne encore plus de distorsions que notre mode actuel, résultant en encore plus de gouvernements faussement majoritaires. 

Justin Trudeau a donc choisi l'intérêt de son parti plutôt que de se comporter en leader politique et de défendre l'intérêt supérieur des Canadiennes et Canadiens. 

Il aurait préféré nous demander de troquer quatre trente sous pour quelques cennes, nous proposant une solution qui nous fait perdre au change et qui est, aujourd'hui et pour toujours, dépassée.

Jean-Sébastien Dufresne

Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer