La petite histoire du voile islamique et du niqab

Le port du niqab n'est pas une directive... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le port du niqab n'est pas une directive coranique.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Très peu de gens savent que le président égyptien Nasser qui a régné sur l'Égypte pendant 18 ans, soit de 1952 à 1970, était membre de la confrérie des Frères musulmans (FM), groupe d'allégeance islamiste.

Quand il a pris le pouvoir, ce fut avec l'aide des FM qui lui ont donné la base populaire qu'il n'avait pas. Après sa prise de pouvoir, le Guide suprême de cette organisation intégriste lui a demandé d'imposer aux femmes sortant en public le voile qui cache le cou et les cheveux.

Or, ce Guide avait une fille, étudiante en médecine, qui ne le portait pas. Alors Nasser de répondre: «Si vous n'avez pas réussi à convaincre une seule fille, qui plus est la vôtre, à porter le voile, comment voulez-vous que je l'impose à 10 millions d'Égyptiennes?» Cela se passait en 1953. 

Les Frères musulmans se sont sentis trahis et ont projeté d'assassiner le président alors qu'il prononçait un discours à Alexandrie en 1954. La riposte de Nasser a été foudroyante: il dissout leur confrérie, saisit leurs biens et enferme leurs leaders.

Mais comme elle compte dans ses rangs des dizaines de milliers de membres, la confrérie islamiste des FM a réussi tout de même à imposer petit à petit le voile et à le propager à travers le Moyen-Orient, le Maghreb, l'Afrique, l'Asie et même en Europe, soit dans plus de 80 pays.

Incroyable! Dans certains pays, en Iran ou en Arabie saoudite, le port du voile est même obligatoire pour les étrangères résidentes, les touristes et les Arabes non musulmanes.

Et le voile ne cesse de se répandre par le biais d'associations culturelles qui sont financées par les Saoudiens. Pourtant, ce sont les femmes chrétiennes, dans les pays musulmans, qui se couvraient la tête quand elles allaient à l'Église. Les Frères musulmans s'en seraient-ils inspirés?

Voilà l'origine de l'imposition du voile islamique qui couvre les cheveux et le cou. 

Première au front dans les pays occidentaux et en Amérique du Nord, la femme avec son voile islamique ouvre le chemin de l'affirmation identitaire et en provoquant, croit-on, devient un outil important dans la stratégie offensive islamique.

Pourquoi avoir choisi la femme? Parce que dans la famille, à la mosquée, dans la rue, la femme musulmane est sous pression puisqu'elle doit obéir à l'homme. «Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises.» (Sourate IV:V:38)

C'est donc une stratégie politique d'origine humaine et non divine, puisqu'on le sait, le Coran ne dit rien d'autre que la femme se doit d'être modeste dans ses vêtements et élimine toute discussion pour démontrer que le voile soit obligatoire. Si le Coran ne l'oblige pas, le port du foulard n'est donc pas un absolu. Alors? 

La France, par exemple, au nom de la laïcité, l'a interdit à l'école.

L'obligation du port du niqab, ce voile intégral qui couvre le corps de la tête aux pieds, à l'exception des yeux, n'est pas, il va sans dire, une directive coranique.

Parfois synonyme, la burqa est aussi un voile intégral, mais la fente pour les yeux y est parfois remplacée par un grillage ou un voile léger destiné à masquer le regard.

Cet accoutrement origine d'une coutume païenne qui remonte à l'Antiquité, soit au IVe siècle avant J.-C.

D'ailleurs, une quinzaine de pays en Afrique, en Asie et même en Europe, pour des questions de sécurité ou échaudés par des kamikazes ainsi camouflés, l'ont déjà interdite dans les espaces publics et d'autres pays ont déposé des propositions de loi dans ce sens. Ainsi, en Égypte, pourtant un pays à plus de 90 % de musulmans, le parlement parle aussi d'interdire le voile intégral.

Une question se pose. Pourquoi insister tant sur le port du voile? Est-ce pour glorifier Allah ou pour obéir à l'homme et/ou pour tester la résistance de la société québécoise à la différence?

Roger Greiss

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer