Le courage de Laura

«Dans ma tête, j'étais petite, j'étais obligée de... (123RF)

Agrandir

«Dans ma tête, j'étais petite, j'étais obligée de dire oui.» En une seule phrase, Laura Couillard résume la vulnérabilité des enfants face aux adultes. Vulnérabilité due à leur manque d'information, à leur dépendance face aux adultes et à leur isolement social.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Les auteures, Vicky Lauzier et Odette Théberge, d'Espace Mauricie et du Regroupement des organismes Espace du Québec, réagissent à un reportage de J.E. diffusé le 17 janvier, présentant la croisade de Laura contre son agresseur.

Dans la maison de sa grand-mère, où elle aurait due être en sécurité, Laura a été agressée sexuellement par celui qu'elle appelait «grand-papa».

«Dans ma tête, j'étais petite, j'étais obligée de dire oui.» En une seule phrase, Laura Couillard résume la vulnérabilité des enfants face aux adultes. Vulnérabilité due à leur manque d'information, à leur dépendance face aux adultes et à leur isolement social. 

Le Regroupement des organismes ESPACE du Québec (ROEQ) tient à saluer le courage de la jeune fille ainsi que la réaction et le soutien indéfectible de ses parents. Le témoignage de Laura et de ses parents exprime bien les valeurs du programme ESPACE qui préconise des stratégies renforçant l'affirmation de soi, la confiance en soi, le courage et l'entraide communautaire. 

«Dans ma carrière, un enfant solide comme ça, j'ai jamais vu ça», affirmait l'enquêtrice Clémence Pomerleau qui a recueilli le témoignage de Laura. Effectivement, la jeune victime dénonce et témoigne avec aplomb et confiance. Mais ce n'est pas le cas de tous les enfants qui dénoncent un agresseur. Le traitement qui leur est réservé par le système judiciaire est discutable. 

Le ROEQ s'interroge sur le traitement réservé aux jeunes victimes de violence. L'entente multisectorielle favorise l'enregistrement magnétoscopique pour que les enfants n'aient à témoigner qu'une seule fois, devant caméra, idéalement lors de l'enquête pour ne pas avoir à témoigner en cour.

Comment se fait-il que cette enfant se soit retrouvée à devoir répondre aux questions de l'avocat de la défense pendant sept heures? La stratégie des avocats de la défense qui consiste à miner la crédibilité des victimes est déjà inacceptable pour une victime adulte, ne devrait-elle pas être inadmissible lorsque c'est une enfant? 

Parents, membres de la famille, de la communauté, du personnel des milieux de garde et scolaire, tous nous avons un rôle à jouer dans la prévention de la violence faite aux enfants et dans la dénonciation de celle-ci. Il est primordial de joindre nos efforts afin d'être des adultes mieux informés et plus vigilants.

ESPACE met l'accent sur le fait que les adultes de confiance gravitant autour des enfants représentent des partenaires essentiels pour une prévention efficace de la violence. Les adultes devraient également demeurer vigilants. Des adultes vigilants devraient pouvoir reconnaître certains signes de détresse et ouvrir la porte à la confidence en faisant part de leurs observations et inquiétudes à l'enfant, comme l'a fait la mère de Laura.

En répondant aux besoins des jeunes en matière de prévention de la violence, et de dénonciation de celle-ci, nous les aidons à se développer et à poursuivre avec assurance leur parcours vers l'âge adulte.

Les organismes ESPACE offrent, depuis maintenant 30 ans, un programme efficace de prévention de toutes les formes de violence à l'égard des enfants. Le programme ESPACE s'adresse aux enfants de 3 à 12 ans et aux adultes de leur entourage. Pour en savoir davantage et contacter un organisme ESPACE: www.espacesansviolence.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer