Faire d'une pierre deux coups?

Les terrains de l'ancienne usine Aleris auraient pu... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les terrains de l'ancienne usine Aleris auraient pu être une option intéressante pour installer le nouveau colisée, notamment en raison de la proximité avec le complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Tant qu'à investir 60 millions $ pour un aréna pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups?

On va avoir un nouveau colisée ou aréna évalué à 60 millions $. Le lieu choisi par nos élus est un champ près du pont Laviolette. Le rêve de M. Lévesque: occuper les terres de la circonscription de Trois-Rivières même si une stagnation démographique, une baisse et un vieillissement de la population sont anticipés à partir des années 2020. 

La ville s'agrandit de toutes parts à grands coups et coûts d'infrastructures. Les premiers quartiers sont délaissés et se détériorent. Soit, l'amphithéâtre Cogeco a permis que se construisent des condos et les alentours s'embellissent lentement. On redore ce coin, ancien terrain d'une papetière depuis le début du 20e siècle. C'est remarquable, mais à mon avis, ce n'est pas suffisant!

Pourquoi ne pas continuer à redorer les premiers quartiers, disons une sorte de «Phase 2», en y construisant le nouveau colisée? Pourquoi ne pas faire le choix du terrain de l'ancienne usine Aleris, coin Fusey et Saint-Laurent? On y retrouve en place un très grand terrain, un stationnement, des arrêts d'autobus avec un point de correspondance à moins de 10 minutes à pied, trois entrées d'autoroute tout près à 1 km, des infrastructures électriques (point de jonction de Hydro-Québec), des canalisations d'égouts et d'eau potable (ancienne Reynolds et Aleris), un poste de police et une caserne de pompiers à deux minutes à peine. On y retrouve même un McDonald's, un PFK, un Dairy Queen, un Ti-Coq, des restaurants établis, des brasseries, etc. pour lesquels une augmentation de clientèle serait bénéfique. À ne pas négliger non plus, à moins de 1 kilomètre, le plus grand complexe sportif couvert du Québec (Complexe Alphonse-Desjardins), l'aréna Jean-Guy-Talbot, une piscine, des terrains de baseball, de football et de soccer, parmi les plus beaux de Trois-Rivières. De plus, les installations du nouveau Colisée pourraient servir aux étudiants et au personnel enseignant de l'excellent programme sport-études de la polyvalente Les Estacades située à moins de dix minutes à pied.

Il n'est pas trop tard M. Lévesque, pour faire de votre aréna un projet qui revalorisera un terrain déjà existant dans un quartier qui en a grandement et désespérément besoin. Compte tenu qu'il n'y a pas de creusage pour un colisée - l'expérience de Shawinigan en fait foi -, il n'y a pas de décontamination coûteuse à effectuer. 

Il y a 15 ans, monsieur le maire, vous avez fait le pari de revaloriser un premier quartier en investissant pour le terrain de la CIP/TRIPAP même sans projet défini. 

Avec le Colisée, vous avez un projet fini, vendu et financé. Pourquoi ne pas en profiter pour redorer un autre premier quartier de Trois-Rivières? Imaginez le secteur Fusey-Saint-Laurent-Sainte-Madeleine à nouveau vivant, et rénové! WOW!

M. Lévesque, laissez les espaces verts aux cultivateurs, les citadins en ont assez pris! Sans compter que les assises du pont Laviolette, lieu anticipé pour le nouveau colisée, sont dans une zone inondable... et que le niveau de l'eau du fleuve monte!

François Bellemare

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer