J'ai mal à mon Saint-Justin

Crise, malaise, conflit, gâchis: les termes ne semblent... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Crise, malaise, conflit, gâchis: les termes ne semblent plus suffire pour décrire la situation qui prévaut au conseil municipal de Saint-Justin.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Il y a quatre ans, nous avons démocratiquement élu un maire et six conseillers qui ont reçu comme mandat d'administrer notre municipalité ensemble et sans parti pris.

Tous des adultes qui auraient dû avoir la sagesse et la maturité de faire passer le mieux-être de leurs concitoyens et de leurs concitoyennes avant leur égo et leurs jeux de pouvoir.

Nous savons tous à Saint-Justin que dès le résultat de l'élection connu, les tensions et la discorde se sont installées à notre hôtel de ville. 

Aujourd'hui, on voudrait nous faire croire que ce gênant et déplorable quatre ans est le fait d'une seule personne. Je n'en crois absolument rien.

Le mal qui a été fait à notre municipalité appartient à l'ensemble du conseil municipal.

J'ai assez d'expérience pour comprendre qu'un conseil n'est pas toujours unanime et c'est très bien ainsi. Autrement, on appelle cela de la dictature. 

Nous avons élu une diversité d'opinions, afin que les discussions et les décisions du conseil soient prises le plus souvent possible par consensus ou à la majorité. Et ce, dans le respect des rôles et responsabilités inhérentes aux rôles de conseiller et de maire. 

Durant ces quatre années, j'ai évité d'assister aux assemblées publiques, le rôle de belle-mère ne m'allant pas très bien. Cela ne m'a pas isolé, j'ai ressenti la même tristesse que beaucoup de Justiniens et de Justiniennes. Et même une certaine gêne.

Plusieurs citoyens et citoyennes m'ont souvent interpellé. Ils ou elles ne comprenaient pas comment ils pouvaient en arriver à salir notre coin de pays à ce point.

Je le répète, ce gâchis n'est pas la responsabilité d'une seule personne.

Ce gâchis appartient au conseil municipal qui est composé de sept personnes majeures et vaccinées, comme aurait dit mon père.

Lors des prochaines élections, en novembre, faisons le ménage en allant voter pour un conseil plus mature et plus conscient de nos besoins et de l'image ternie de Saint-Justin. Car c'est l'héritage que nous laisse le conseil en place.

Denis McKinnon

Maire de 2006 à 2013

Saint-Justin




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer