Un développement pas du tout écoresponsable!

Depuis quelques années, Pointe-du-Lac subit l'assaut barbare de plusieurs... (123RF/eobrazy)

Agrandir

123RF/eobrazy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Depuis quelques années, Pointe-du-Lac subit l'assaut barbare de plusieurs entrepreneurs en développement domiciliaire dont le seul intérêt est d'en mettre le plus possible dans leurs poches sans aucun égard aux pressions environnementales, écologiques et sans aucune vision innovatrice.

Le 25 novembre, Le Nouvelliste publiait le développement résidentiel de Gestion Fauvel à Pointe-du-Lac. Dans cet article, M. Mercier, chargé de projet de cette entreprise, se vante que ce développement domiciliaire s'adresse aux amants de la nature. Je lui dis: «Foutaise!».

Ce terrain, il y a quelques semaines, regorgeait d'innombrables arbres matures et plusieurs conifères majestueux y avaient élus domicile. Voilà, ils ont tout rasé, il n'y a plus aucun arbre qui y vive. Aucune planification écoresponsable n'a été faite afin d'épargner les plus beaux arbres qui auraient pu donner une plus-value au nouveau quartier, rehausser l'environnement domiciliaire et aurait été en lien avec la conscience environnementale émergeante tout en offrant une qualité de vie supérieure aux nouveaux propriétaires et locataires. Donc, amants de la nature, ce n'est pas là que vous y trouverez votre compte, surtout ne sachant pas ce que les propriétaires des terrains adjacents au développement Gestion Fauvel feront dans les prochaines années.

De plus, au sud de ce quartier, se construit sur la rue Notre-Dame (route 138), juste à côté des condos de Baie-Jolie, formant déjà un vaste écran, un autre complexe de condos Domaine Baie Jolie qui, lui aussi, créera un immense mur bloquant ainsi toute vue sur le fleuve. Je me questionne donc à quel point nos entrepreneurs sont prêts à être écoresponsables?

Alors que tous les gouvernements nous parlent d'écoresponsabilité et les partisans des mouvements écologiques crient au secours, il semble n'exister aucune loi, restriction afin de restreindre ces destructions massives de notre richesse naturelle. Si la Ville de Trois-Rivières se veut être innovatrice, créative et attirer de nouveaux venus, il faudrait, avant tout, qu'elle change sa façon de concevoir ses nouveaux quartiers domiciliaires. De plus, ce qui caractérise Pointe-du-Lac, c'est l'abondance de sa verdure et de ses espaces verts mais, à ce rythme, la route 138 de Pointe-du-Lac se transformera en un long mur tout au long du bord de l'eau. Alors, nous perdrons tous une beauté inestimable et des opportunités de tourisme incroyables car, en ce moment, l'administration de la Ville de Trois-Rivières ne voit pas plus loin que leur bout de nez et ne pense qu'au «cash» qui entrera dans leurs poches ou coffres avec le nombre de portes.

Pourtant, nous pourrions utiliser des solutions écoresponsables comme par exemple garder une ligne naturelle d'arbres (largeur minimale de trois mètres) séparant les terrains, soit à l'arrière de chacun de ceux-ci ou bien encore, sélectionner méticuleusement les plus beaux arbres sur chaque terrain autour de la construction ou bien encore, défricher seulement la portion rue et laisser choisir les futurs propriétaires de ce qu'ils veulent faire avec leur terrain...

Nicole Morin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer