Noël 1978

Un gâteau aux fruits...

Agrandir

Un gâteau aux fruits

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Récit de Martin Lemay (5 de 5)

Une histoire pour voyager dans le temps et pour se remémorer avec nostalgie et plaisir la fin des années 1970.

* * *

Nous avons la permission d'enfin sortir de table! Au fond du grand salon, près de la fenêtre il y a un sapin coupé au bois par mononcle Louis. Un peu maigrichon... il aurait pu en choisir un plus fourni. Je crois qu'il a perdu des aiguilles lors du voyage derrière "l'Élan peinturé Brunelle", le skidoo de Louis. Mononcle Robert est plié en deux en entendant son frère raconter le voyage du sapin... 

- «Y'a pris une clisse de débarque en sautant le fosset su' Monfette...» 

De drôles de boules de Noël allongées avec un trou brillant au milieu ornent le sapin. Je trouve qu'elles ressemblent un peu à la bouteille de Jinny. Il y a plein de glaçons et surtout des cannes en bonbon un peu partout. Louis et moi soulageons le frêle conifère de cette charge inutile. Pendant que les femmes desservent et font la vaisselle, les gars se regroupent autour du piano. Ils ont tous un petit verre de fort à la main et font la grimace à chaque gorgée. Ils en redemandent pourtant quand Rosario offre la tournée. Robert joue une pièce d'un chanteur à la mode... un certain Félix Leclerc. André, le pied sur le banc de piano, l'accompagne à la guitare... «...comme un vieux raaateau oublié...» Ma mère chante l'accompagnement un linge à vaisselle à la main. Mon père chante lui aussi, mais ça ne doit pas être la même chanson, ce n'est pas sur le même ton en tout cas. Ils sont maintenant deux sur le piano. Mononcle Louis fais le fou avec les aigus, tout un concert! 

La cuisine est rangée et ma grand-mère déclare le concert terminé. Il est temps d'ouvrir les cadeaux sinon les enfants vont être fatigués. Pauvre grand-maman, on est bien au-delà de fatigués! Au point où on en est... On est en train de prendre une brosse au sucre dans le plat de sucre à la crème en verre taillé oublié sur une table à côté du sapin. En quelques minutes tout le monde a un cadeau dans les mains, ma grand-mère a eu les 33 tours de Nana Mouskouri, ma mère une peau de mouton qui sent l'animal et mononcle Louis, un set de clé anglaise. Il a l'air très content et fait le clown en essayant de dévisser une visse imaginaire sur la tête de mon frère... Mononcle... je le brasserais pas trop si j'étais toi, il a mangé la moitié de la bûche! Mon frère a eu un set de train électrique avec des vaches, des clôtures et tout et tout! Il est convenu que le montage de ce jouet est une tâche beaucoup trop complexe pour l'heure et l'état des ouvriers. On fait donc preuve de sage procrastination et reporte la construction à plus tard en matinée... il commence à faire clair... il doit être passé 4 heures.

La suite de la fête est un peu floue, on m'a couché dans une chambre en haut? Je me suis endormi dans le salon? J'ai fait un coma hyperglycémique? Probablement quelque chose comme ça. Je me souviens d'avoir monté le train avec mononcle Robert et mon frère dans le salon du fond. Ce que j'ai eu ce Noël-là comme cadeau je ne m'en souviens plus... probablement des blocs Lego. Je n'ai joué qu'avec ça durant des années. 

Ces blocs ont eu plusieurs vies utiles par la suite. Mes cousines Julie et Pascale les ont usés durant les années 80, mes propres enfants en ont perdu beaucoup, dans le sous-sol chez mon père au tour du tournant du siècle. Ils sont toujours là, je crois.

Ils attendent de resservir pour la prochaine génération de petits Lemay vers 2021.

Fin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer