Le gène défectueux «Vautrin»

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.... (Le Soleil)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Peu de gens connaissent ou ont entendu parler d'Irénée Vautrin, né en 1888 à Saint-Édouard et décédé à Montréal à 85 ans. Il était architecte et homme politique québécois et il était du Parti libéral d'Alexandre Taschereau.

Il fut élu député libéral dans Montréal-Saint-Jacques à l'élection de 1919. Défait à celle de 1923. Réélu en 1927 et 1931. En 1930 puis en 1931, il présente un projet de loi sur le vote des femmes. Il a été ministre de la Colonisation dans le gouvernement Taschereau de juillet, avant d'être défait en 1935.

En 1936, il fut accusé d'avoir subtilisé des fonds à son ministère à des fins personnelles. Le fait qu'il s'acheta une paire de pantalons à même les fonds de colonisation devint un objet de risée pendant la campagne électorale suivante. Les «culottes à Vautrin» devinrent alors un sujet de blague fort prisé.

C'est Maurice Duplessis qui fit ressortir cette histoire des culottes d'Irénée Vautrin. En commission parlementaire sur les comptes publics, le jeune député de Trois-Rivières mettait en lumière toutes les irrégularités et les magouilles du gouvernement Taschereau. 

Depuis ce temps, la culture des culottes à Vautrin continue d'affecter le Parti libéral du Québec. Selon toute vraisemblance, l'ADN du parti Libéral s'est modifié depuis ce temps et le gène de la magouille est apparu dans leur ADN. Ce gène défectueux se transmet donc dans la culture de ce parti pratiquement sans interruption depuis ce temps.

La sévérité de la déficience est apparue évidente entre 1998 et 2012 à la suite des découvertes faites par la «docteure» Charbonneau. Ce médecin et son équipe ont clairement démontré la sévérité de la maladie affectant l'ensemble de la famille libérale.

Puis le gène défectueux s'est transmis presque sans gêne (!) à la génération suivante. Il affecte pratiquement tous les membres de la famille. Comme le dit Jean de Lafontaine dans Les animaux malades de la peste: «ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés».

Plus les journalistes creusent, plus ils découvrent et déterrent des «culottes à Vautrin» modernes. Depuis 1936, le prix des culottes est passé de quelques dollars à des centaines de milliers de dollars pour les ministres à des millions de dollars pour certains malades du gène «Vautrin». Certains d'entre eux font acte d'amnésie volontaire. Ne vous y trompez pas cette amnésie volontaire est une caractéristique du gène défectueux «Vautrin».

Les recherches, à ce jour, n'ont pas permis de trouver un remède ou un traitement à cette terrible maladie. Des tentatives d'éradication n'ont donné aucun résultat. À quand le remède miracle?

René Rocheleau

Hérouxville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer