Le ridicule ne tue pas à Louiseville

Yvon Deshaies va solliciter un deuxième mandat à... (François Gervais)

Agrandir

Yvon Deshaies va solliciter un deuxième mandat à la mairie de Louiseville.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Si c'était le cas, on nous aurait déjà annoncé le décès du maire de cette ville, monsieur Yvon Deshaies. Cet homme a réussi plus d'une fois, depuis son élection en 2013, à désarçonner plusieurs de ses commettants et une majorité de Québécois en prenant des décisions douteuses sans consultation préalable avec les membres du conseil municipal.

On se rappellera notamment sa position en faveur de la peine de mort au Canada en décembre 2014 ainsi que sa lettre de félicitations au lendemain de la victoire de Donald Trump, en novembre dernier. Non comme individu, mais comme premier magistrat! 

Sa dernière bourde surpasse, à mes yeux, tout ce qu'il a pu faire de répréhensible depuis qu'il est à la barre de sa municipalité. 

Imaginez-vous que, le 19 décembre dernier, le maire de Louiseville est allé témoigner en Cour supérieure en faveur de deux citoyens, mais... contre sa ville!

J'ignore si monsieur Deshaies et les demandeurs sont des amis, des connaissances ou de purs étrangers, mais quoi qu'il en soit, il aurait dû refuser d'agir comme témoin dans cette affaire. Semble-t-il que M. Deshaies voulait profiter de cette tribune pour dénoncer «l'incongruité entre le devoir des municipalités de se doter de règlements et la vraie vie». 

Même si on peut convenir que son point de vue a du sens, la plupart des gens rencontrés sont d'avis qu'il a mal choisi son endroit pour en découdre. C'est à l'hôtel de ville que ce débat aurait dû se tenir. Pas en cour de justice!

Monsieur Deshaies est un homme fort sympathique, animé du désir de servir ses concitoyens du mieux qu'il peut. 

Je ne suis pas sûr qu'il ait bien mesuré la portée de son dernier geste. 

Comme maire de Louiseville, il doit défendre les intérêts de la collectivité. Son premier rôle est donc de faire appliquer les règlements que la Ville s'est donnés au cours des ans. 

S'il estime que tel ou tel règlement municipal est préjudiciable pour la population, il lui est loisible de tenter de convaincre ses collègues lors d'une réunion, statutaire ou spéciale, de la pertinence de l'abroger ou de le modifier. 

Disons que M. Deshaies en a échappé une autre et qu'il court une chance, cette fois, de se retrouver dès 2017 dans le livre Guinness sous la rubrique «geste le plus irréfléchi de la part d'un édile municipal» 

Ce n'est pas ce que je lui souhaite.

Michel Neveu

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer