De la paille jusqu'au cerveau

Philippe Couillard... (Archives La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Nous sommes à la veille d'une fête deux fois millénaire qui nous annonce toujours un sauveur. Mais cette année, pour celles et ceux qui votent encore libéral, il faut savoir qu'il n'y a que de la paille bien tassée dans la tête et le corps de nos élus du gouvernement: il n'y aura aucun sauveur sur notre chemin de Damas! Arrêtons d'espérer.

Évidemment, nous sommes loin de cette affreuse et ignoble guerre d'Alep en Syrie, mais il faudrait cesser de croire que les guerres ne se font que loin de chez nous! C'est souvent surprenant comment des peuples mettent le feu aux poudres sans trop en être conscient.

Chez nous, les guerres se font sous terre, et la destruction que l'on y fabrique est celle de notre paix des femmes et des hommes de bonne volonté sur cette terre de rivières aux belles eaux gorgées de vie, et celle des humus qui sentent bon les pâturages et les récoltes à venir.

Nos femmes et nos hommes politiques de paille viennent de donner encore une fois notre Terre-Mère québécoise à l'exploitation souterraine des utilisateurs pollueurs non-payeurs. Cette nouvelle loi 106 est une déclaration de guerre de notre gouvernement contre notre terre, nos élus municipaux et ses propriétaires, c'est-à-dire, nous tous, citoyens exploités et honnêtes contribuables. Permettre légalement une exploitation jusqu'à la dernière goutte de toutes les énergies fossiles de la planète, c'est rien de moins qu'attiser et d'enflammer toutes les guerres fratricides de cette terre, toutes les guerres qui décapitent femmes, enfants, familles dans d'épouvantables enfers de guerres meurtrières. Ces guerres ne sont pas de joyeux feux de paille de la Saint-Jean; ils sont l'oeuvre de nos épouvantails élus aux sourires angéliques et complaisants, de Julie Boulet jusqu'à Philippe Couillard, en passant par Jean-Denis Girard, Pierre Arcand, Pierre Moreau, Hélène David, et bien évidemment, Justin Trudeau aussi beau «cerveau de paille» soit-il.

Ne nous révoltons pas maintenant; gardons nos énergies humaines pour la guerre qui vient. Notre mort annoncée sera plus héroïque, mais non moins réelle. Trop tard: nos cerveaux de paille du gouvernement élu ont bâillonné notre démocratie qui pourtant criait à tue-tête: «Non! Ne faites pas ça; arrêtez les guerres et protégez la paix sur terre des femmes et des hommes de bonne volonté.»

Des cerveaux de paille n'ont ni coeur ni oreilles; que des sourires qui tuent. Ce sont nos sauveurs, mais des sauveurs-menteurs, femmes et hommes de paille d'une criminalité contre l'humanité à la hausse, organisée partout sur la planète, même ici au Québec et au Canada! Honte à nos gouvernements complaisants à la mondialisation de la guerre des peuples.

François Champoux

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer