«Lâche pas mon Pierre!»

Pierre Paradis, ministre de l'Agriculture.... (Photo Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Pierre Paradis, ministre de l'Agriculture.

Photo Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Vous pardonnerez ma familiarité, monsieur le ministre, mais je vous accorde autant de respect que vous en déployez à l'égard de l'agriculture et de ses artisans, ceux-là mêmes que vous représentez.

Vous êtes d'un mépris exécrable devant les femmes et les hommes qui se dévouent corps et âme pour faire vivre leur entreprise agricole et assurer une vitalité économique dans les régions du Québec. 

Qui plus est, ces producteurs assurent un approvisionnement en produits de qualité pour toute la population que votre gouvernement est censé servir; et ici, j'insisterai sur le mot servir.

Dans le dossier de la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA), vous rejetez de manière tout à fait désinvolte les avis qui contredisent vos prétentions. Prétentions, mon Pierre, prétentions, car vous n'avez en aucun cas démontré que ces modifications n'affecteraient pas les producteurs. 

Dans la foulée des demandes de l'UPA de revoir d'un an la mise en place d'une telle réforme, les voix de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et celles de clubs de motoneige et de quad s'ajoutaient. 

Et plus récemment, une étude commandée par la Coop fédérée indiquait que les conséquences de cette réforme seraient catastrophiques pour les producteurs agricoles. 

Au surplus, Jean-François Savard, professeur de l'École nationale d'administration publique (ENAP), qualifiait d'incohérente et précipitée votre attitude quant à cette réforme. 

Ben voyons, c'est bien connu, tout ce beau monde est ignorant!

En Mauricie, l'analyse a été effectuée sur bon nombre de fermes de productions différentes et l'augmentation moyenne est évaluée à 28 %. Certains producteurs voient même leur facture augmenter de plus de 3000 $... à coût nul disiez-vous. Permettez-moi de rire un bon coup!

Alors mon Pierre, quand tu nous mentionnes que les «multimillionnaires» de l'agriculture vont passer Noël quand même, tu fais montre d'une arrogance crasse quant à la réalité agricole. 

Mais discuter n'est plus possible. 

En bon québécois, «t'es bouché ben raide»! Effectivement, les producteurs agricoles passeront Noël l'inquiétude au ventre. 

Mais lâche pas mon Pierre et profite de ton temps des Fêtes à la tête d'un ministère qui t'indiffère, car avec cette attitude on ne peut qu'espérer que tes jours sont comptés. 

Salut!

Jean-Marie Giguère

Président de l'UPA Mauricie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer