Amenez-en du bonbon!

Une intervention de la Sûreté du Québec à... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une intervention de la Sûreté du Québec à Val-d'Or.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Thierry Évrard intitulée «Enquête sur la SQ à Val-d'Or: ma confiance vient de prendre une sérieuse débarque!», publiée dans notre édition du 26 novembre dernier.

J'appuie fortement les propos formulés par M. Thierry Évrard dans sa lettre du 26 novembre. Moi aussi, ma confiance dans les forces policières a beaucoup baissé.

M. Couillard disait l'autre jour à la télévision qu'on allait mettre l'argent ailleurs; donc, pour lui, ça n'a pas d'importance une enquête publique et ça coûte trop cher.

Ces policiers qu'on défend bec et ongles ont-ils quelque chose à se reprocher? Eux seuls le savent.

On apprenait que récemment, un autre cas de violence policière a eu lieu envers un citoyen, battu à coups de matraque, pour rien. Les policiers ne lui ont même pas laissé le temps de parler. Ont-ils tous les droits? Dieu merci, ce n'est qu'une minorité. 

Des agressions sexuelles, c'est très grave. Mais commises par des policiers, ce n'est pas grave? Ces femmes autochtones ont un coeur, une âme, des sentiments, des émotions.

Hélas, on a un gouvernement injuste ou peureux de prendre ses vraies responsabilités. Je vais donner un exemple. C'est comme les criminels, qui ont des sentences «bonbons» et qui recommencent. Une personne en tue une autre. Il prend deux ou trois ans pour troubles mentaux.

La justice, ici, au Québec, est à revoir. Quand il y a vraiment des actes criminels, il faut cibler, creuser, fouiller et non pas fermer les yeux sur ceux et celles qui sont censés nous protéger.

Jean Baril

Lac-aux-Sables

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer