Une page s'est enfin tournée à Trois-Rivières

La fluoration fut un long et périlleux combat... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La fluoration fut un long et périlleux combat pour plusieurs Trifluviens.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre ouverte à la population et aux membres du conseil municipal de Trois-Rivières.

Maintenant que le tourbillon médiatique entourant l'abandon de la fluoration est passé et que nous reprenons notre souffle, nous trouvons important d'adresser ces quelques mots à la population de Trois-Rivières, mais aussi à ces conseillers et ces conseillères qui ont su se tenir debout. 

La fluoration fut un long et périlleux combat. Les derniers milles furent particulièrement cahoteux, mais jamais nous n'avons baissé les bras.

Le 21 novembre 2016, peu importe les raisons que le maire a évoquées, peu importe que ce soit une stratégie électorale ou parce que le MSSS n'a pas fait ses devoirs, la CTETS, elle, a atteint son but. Ce qui importe vraiment, c'est que ce jour-là, ce fut la fin de la fluoration de l'eau à Trois-Rivières. 

Cette victoire, nous la devons d'abord à tous nos bénévoles qui se sont impliqués au fil des années. Nous la devons aussi à une population qui n'a jamais cessé de se mobiliser, qui s'est montrée ouverte et qui a su s'informer.

Malgré que nous ayons dû faire face aux insultes de certaines instances publiques nous traitant d'extrémistes, d'enfirouapés, d'ignorants, puis de démagogues, reste que sur notre chemin se sont trouvés davantage de gens à l'écoute, responsables, réfléchis et bienveillants, qui étaient totalement contre cette mesure dite de santé publique allant à l'encontre des droits et libertés de la personne. Ce sont tous ces gens qui nous ont donné le courage de poursuivre notre lutte. 

Donc à vous tous qui vous êtes impliqués de près ou de loin dans cette cause, que ce soit en serpentant les rues de la ville ou en participant à nos réunions, ne serait-ce qu'une fois; à tous ceux et celles qui nous ont ouvert leur porte ou qui ont pris le temps de se déplacer dans les différents endroits où se tenait la pétition; à tous ces commerces qui nous ont appuyés dans notre démarche; à tous ceux qui nous ont suivis sur Facebook et qui nous ont encouragés en nous écrivant; à vous tous, nous vous disons merci. C'est aussi grâce à vous si nous avons assisté à la fin de la fluoration à Trois-Rivières.

Quand on parle de cette victoire, nous ne pouvons pas passer sous silence ces conseillers et conseillères qui, à un moment ou à un autre, ont fait valoir leur position et ont pris part au débat en soulevant le fait que la fluoration n'est pas acceptable socialement. 

D'abord Marie-Claude Camirand, cette femme courageuse qui a été la première à demander le vote sur une résolution qui signait la reprise de la fluoration. 

François Bélisle, un homme de conviction, qui ne s'est pas laissé décourager et qui a poussé la ville à demander au MSSS de vérifier l'acceptabilité sociale et de lui faire la preuve qu'elle était atteinte. Pierre-Luc Fortin, qui n'a jamais hésité une seule seconde à consulter sa population et à appuyer les actions mises de l'avant pour arriver à la fin de la fluoration. Jean-François Aubin, un homme à l'écoute et ouvert d'esprit, qui a fait preuve d'une grande sagesse en admettant finalement que la fluoration n'était pas une mesure adéquate pour atteindre les objectifs de bonne hygiène buccodentaire.

Luc Tremblay, qui n'a pas hésité à se prononcer publiquement contre la fluoration. Ginette Bellemare et Yves Landry, qui ont toujours pris le temps de nous écouter, qui ont fait leurs devoirs en tant qu'élus en représentant leurs concitoyens et leurs concitoyennes. André Noël, qui fut l'un des braves à se prononcer contre la fluoration en février 2014, et qui a, lui aussi, contribué à l'avancement de ce lourd dossier. À vous tous, merci!

Pour ce qui est des autres conseillers, deux seulement ont pris du temps pour nous rencontrer. Ceux-ci se reconnaîtront certainement, et nous vous en sommes reconnaissants. Aux autres conseillers et conseillères, sachez que bien que nous puissions comprendre ce qui a motivé votre absence d'écoute et parfois votre absence même de réponse, votre population, elle, désirait vous parler et demandait à être écoutée.

Nous espérons que si vous êtes réélus aux prochaines élections, vous vous souviendrez que vos décisions doivent être basées sur l'ensemble de vos concitoyens et concitoyennes, et non pas sur vos propres convictions ou vos intérêts politiques. 

Le 21 novembre 2016 a permis de tourner une page importante à Trois-Rivières. Une population a poussé un soupir de soulagement, et une Coalition a atteint son objectif. Cette date significative restera à jamais gravée dans le coeur de la CTETS. 

Valérie Renaud-Martin

Directrice des communications pour la CTETS

Joan Hamel

Porte-parole de la CTETS

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer