• Le Nouvelliste > 
  • Opinions 
  • La question «pétrole» de fin d'année: qui seront les grands perdants? 

La question «pétrole» de fin d'année: qui seront les grands perdants?

Lorsque le projet Energie Est en sera aux derniers jours de sa mort annoncée,... (PHOTO Archives La Presse)

Agrandir

PHOTO Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lorsque le projet Energie Est en sera aux derniers jours de sa mort annoncée, qui seront les grands perdants - en argent sonnant ou en cash dormant:

1 - Les pétrolières de l'Alberta (incluant une série d'entreprises partenaires);

2 - Le gouvernement canadien (incluant possiblement quelques membres de l'ONE);

3 - La population canadienne (déjà quasiment volée par tant de subventions accordées);

4 - Un groupe de mafieux comme dans Mafia (suspectée de flairer les pipelines de TransCanada) 

5 - Un grand Groupe de Pétrolières Internationales aux allures bancales (ou «banquales»);

6 - Aucun de ces choix et tous ces choix.

Ma réponse, le numéro 6.

Parce que tout le monde est perdant à la hauteur des sommes de celles qu'il n'aurait pas dû perdre. On s'en fout maintenant de connaître les noms des concombres et des jambons derrière tout cet argent perdu - non investi dans d'autres projets porteurs et rassembleurs et visant les justes fins d'un mieux-être de la société civile toute entière.

C'est la loi du silence, du harcèlement et de l'omerta. À la fois victimes et coupables; ces fantômes du quick-cash-action sauront se faire disparaître dans la brume du slogan du Québec «Je me souviens jamais de rien».

D'autre part, les Canadians (les anglais du ROC / Rest Of Canada) vont encore et toujours ravaler leurs malchances en sirotant un bon café Tim. Tout en écoutant The Rick Mercer Report à la télé, ils finiront bien par apprendre et visualiser en direct (à court et moyen terme) le nombre et l'étendue des imminentes brisures environnementales et des graves blessures communautaires.

Il y a tellement de pires dangers, de fréquentes désolations et d'aberrantes injustices ailleurs - dans tant d'autres pays et sur d'autres continents; peut-on alors se consoler d'un mauvais café et ne rien changer? N'est-ce pas plutôt le temps-charnière pour faire bouger nos richesses naturelles (et non plus fossiles) intelligemment et ainsi paver la voie (sans asphalte) à d'efficaces solutions énergétiques autant pour les Canadiens et les Québécois que pour toutes ces autres populations encore moins bien démocratiquement encadrées? 

Jacques Lambert

Saint-Barnabé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer