Le projet de loi 106 et ses impacts dans Maskinongé

Le projet de loi 106 sur la mise... (Courtoisie)

Agrandir

Le projet de loi 106 sur la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 du Québec soulève l'inquiétude.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Actuellement étudié dans les détails en commission, le projet de loi 106 intitulé Loi concernant la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 inquiète.

Cette loi qui devait faire la part belle à la transition énergétique camoufle l'important chapitre 4, Loi sur les hydrocarbures, composé de 269 articles destinés à encourager l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures.

Le gouvernement Couillard, tantôt favorable, tantôt hésitant quant aux énergies fossiles, demande quand même au ministre Pierre Arcand d'édicter avec autorité des lois et des règlements abdiquant la gestion des ressources de l'État, un patrimoine commun, et concédant l'autorégulation aux entreprises.

Adoptée, cette loi limitera les administrations régionales et municipales dans leurs propres champs de compétences, l'aménagement, le zonage et le prélèvement de l'eau. En plus, la loi 106 autorisera l'expropriation selon l'entendement des entreprises gazières, pétrolières et minières.

À la suite des manifestations des groupes citoyens devant l'Assemblée nationale, après la conférence de presse des partis politiques de l'opposition dénonçant le chapitre 4, c'est la Fédération québécoise des municipalités (FQM) qui promet de mener la charge après avoir obtenu en congrès l'appui des municipalités et des MRC menacées.

Ici, il faut saluer la MRC de Maskinongé qui a posé un geste positif en appuyant les résolutions adoptées au dernier congrès de la FQM, des propositions qui resserrent les conditions d'exploration et d'exploitation sans, pour autant hélas, dire clairement «non» aux différents projets d'hydrocarbures quand la transition énergétique presse.

La MRC de Maskinongé qui serait traversée par l'oléoduc Énergie Est et dont plus de la moitié des lots de son territoire sont sous licence (claimés) a déjà fait l'objet d'exploration gazière avec plus de 100 puits de forage maintenant laissés à l'abandon qu'il y ait, ou non, fuite de gaz, du méthane très polluant.

Cette même loi 106, dont on parle peu, se propose d'ouvrir le milieu agricole au forage par fracturation ou par complétion peu importe que les citoyens en soient avisés ou non et malgré les risques de contamination des réserves d'eau potable.

Alors, qu'attendent les élus de la MRC de Maskinongé pour informer leurs résidents du danger et pour les prémunir d'une dévaluation probable?

Pourquoi laisse-t-on la population dans l'ignorance de l'arrivée d'un envahisseur qui, fort de la loi 106 et de subventions, deviendra maître chez nous? Les visionnements des documentaires 20 000 puits sous les terres ou Gazland disponibles sur YouTube feraient réfléchir les élus et les citoyens sur notre dépossession à venir.

Pierre Foisy

Saint-Édouard-de-Maskinongé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer