À l'aide!

Une société qui fait fi de ce concept... (123RF)

Agrandir

Une société qui fait fi de ce concept condamne une frange de sa population à la marginalisation et à l'exclusion. Les sciences sociales ont prouvé par nombre d'études que celles-ci, dont il est difficile de s'extirper, mènent souvent à la déchéance, à la maladie (physique ou mentale) ou à la criminalité.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La loi 70 sur les réformes de l'aide sociale, adoptée récemment par le gouvernement libéral, est immorale; plutôt que lutter contre la pauvreté, c'est plutôt à une lutte aux pauvres que notre gouvernement se livre. Cette loi bafoue trois valeurs qui sont chères à la société québécoise: la dignité, la justice et la liberté.

Les motivations derrière la création d'un filet social salutaire, au tournant de la Révolution tranquille, s'articulaient autour de l'idée que tous et toutes dans la société, sans égard à leur sexe, race ou rang social, ont le droit de vivre dans la dignité.

Une société qui fait fi de ce concept condamne une frange de sa population à la marginalisation et à l'exclusion. Les sciences sociales ont prouvé par nombre d'études que celles-ci, dont il est difficile de s'extirper, mènent souvent à la déchéance, à la maladie (physique ou mentale) ou à la criminalité.

En prétendant que les mesures contenues dans la loi 70 constituent une avenue favorisant la réinsertion sociale, les libéraux ne s'appuient sur aucune science, mais sur une vile idéologie. On voudrait nous faire croire que le monde dans lequel nous vivons en est un d'opportunités et de chance égales pour tous.

Rien n'est plus faux, environ la moitié des premiers demandeurs d'aide sociale sont issus de familles qui ont, à un moment ou un autre, bénéficié de l'aide sociale; la pauvreté n'a pourtant rien d'héréditaire, elle est un cercle vicieux qui aspire vers le bas.

Un autre argument évoqué par notre bon gouvernement réside dans les économies de quelque 50 millions de dollars que les nouvelles mesures vont dégager pour l'État, chaque année. Cette donnée fait fi des coûts sociaux qu'engendreront les réformes proposées à plus long terme.

Qui plus est, pendant que les libéraux cassent du sucre sur le dos des plus démunis, ce sont des centaines de millions qui échappent aux coffres de l'État, annuellement, par le biais de paradis fiscaux, en toute légalité.

Le principe de justice élémentaire, trop souvent évoqué par nos élus, voulant que chacun fasse sa juste part, devrait d'abord s'attaquer à ce problème qui voit les vrais abuseurs du système se soustraire à leur devoir citoyen.

Les plus redevables à la société sont ceux qui, grâce aux efforts de leurs semblables, qui ont façonné pour eux un État de droit dans lequel ils peuvent faire fructifier leur richesse en toute quiétude, réussissent à se hisser au sommet de la pyramide.

Et finalement, pour parler de liberté, qu'en reste-t-il lorsque l'on stigmatise systématiquement ceux et celles qui se tournent vers l'État en dernier recours? Faire subir aux prestataires de l'aide sociale, comme si celle-ci était une panacée, des tests de motivation et des formations forcés, fait appel à un simplisme et un paternalisme qui, hormis de la droite économique, sont décriés de toutes parts.

Les Québécoises et les Québécois avaient jadis choisi que des remparts soient érigés afin que personne ne tombe dans la marge. Non contents de mettre à mal cet esprit de solidarité qui nous anime, les libéraux le font en sacrifiant un idéal de liberté qui nous est cher.

Alors qu'ici, plus encore qu'ailleurs au Québec, l'effondrement de vastes pans de notre économie commande que nous nous souciions de notre prochain, j'ai eu mal quand j'ai vu les élus de la région se lever d'un bloc, pour applaudir la nouvelle loi qui nous appauvrit, tous et toutes. J'ai eu mal et j'ai eu honte, à ma Mauricie.

Sébastien Houle

Saint-Élie-de-Caxton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer