Société et gens riches: humble et naïve analyse

itinerant ottawaPATRICK WOODBURY, LeDroit... (Archives Le Droit)

Agrandir

itinerant ottawaPATRICK WOODBURY, LeDroit

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le «hic» avec les gens riches, c'est que la grande majorité ne se considèrent jamais assez riches.

Augmentation de salaires, intrigants bonis, intérêts sur les intérêts des intérêts, valeur des actions en mode super rapide puis astuces et abris fiscaux pour payer le moins d'impôts possible - tout, tout, tout, vous ne saurez rien du tout sur tous leurs tours. Le leitmotiv d'un vrai riche, c'est de grossir sans cesse ses bourses-couilles et de cacher ses gains dans des banques inattaquables.

Pensez-vous vraiment qu'ils ont le temps (et même l'idée) de s'occuper d'une autre grande majorité de gens en constante croissante, les gens pauvres (incluant malades et personnes démunies)? 

C'est du temps perdu et de l'argent jeté par les fenêtres; ce n'est pas digne d'un vrai riche, dit «the winner».

Et les gouvernements; pourquoi il n'y a jamais de politique claire et bien articulée pour - entre autres mesures - enrayer la pauvreté et installer des mesures d'équité salariale et fiscale puis subventionner correctement des orgasnismes découragés de recevoir si peu pour soutenir le vrai pauvre, dit «the loser».

Il nous semble qu'un des mandats fondamentaux des nos élus est de travailler à développer une justice sociale, à diminuer les écarts entre les plus riches et les plus pauvres. Et on sait que cet écart ne fait que s'agrandir; c'en est même malsain et mauvais pour leurs affaires et celles de leurs amis-riches.

Et pourquoi le gouvernement s'en fout autant des pauvres? Parce qu'ils sont les complices des riches et de leurs banques (ou vice et versa?). Ils veulent se sentir «winner» eux-aussi. Mais en utilisant l'argent des contribuables; ce qui est inacceptable et indigne de leurs pouvoirs et de leurs droits.

Et c'est pour cela que - dans l'esprit d'un très grand nombre de citoyen(ne)s - les politiciens sont considérés comme des gens croches, vendus (ou achetés, c'est selon), démagogues, louvoyants et de mauvaise foi. Souvent même, une bonne idée pour leur population cache une «crosse»!

Amen, la cour est pleine.

Jacques Lambert

Saint-Barnabé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer