Le troisième «problème»

La question d'un troisième lien entre Québec et... (La Presse)

Agrandir

La question d'un troisième lien entre Québec et Lévis suscite un débat passionné. L'option d'un pont tunnel représente non seulement des coûts élevés, mais aurait aussi des conséquences lourdes sur l'environnement.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Depuis plusieurs semaines, le projet de faire un troisième lien entre les villes de Québec et Lévis fait couler beaucoup d'encre et suscite de nombreuses réactions. Plusieurs formes possibles pour ce troisième lien étaient proposées: pont-tunnel, pont, service d'autobus, etc. Finalement, la forme retenue par le gouvernement provincial et les villes est celle du pont-tunnel. En effet, celui-ci traverserait le fleuve Saint-Laurent par l'ouest pour relier les deux rives. Cependant, il convient de se demander si ce pont-tunnel est réellement la meilleure solution pour relier Québec et Lévis. Pour ma part, je pense que le pont-tunnel n'est pas la meilleure façon de relier ces deux villes.

Premièrement, qui dit «troisième lien Québec-Lévis» dit une autre voie de circulation et qui dit une autre voie de circulation, dit encore plus de circulation. En effet, il y a déjà 152 000 automobilistes qui empruntent le pont de Québec (33 000) ou le pont Pierre-Laporte (119 000) et ce, quotidiennement. Un troisième lien pourrait donc inciter les personnes, qui d'habitude prennent les transports collectifs, à utiliser leur véhicule. Imaginez alors les heures de pointe que cela créerait: un cauchemar pour les automobilistes comme dans la métropole.

Deuxièmement, ce troisième lien aurait des conséquences considérables sur l'environnement. On le sait, utiliser sa voiture est nocif pour l'environnement, considérant les émissions de gaz à effet de serre. En effet, le secteur des transports produit à lui seul environ 45 % des émissions de gaz à effet de serre de la province. Toutefois, il faut savoir que le Québec, comme d'autres nations, a promis de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et s'est fixé des objectifs à atteindre. Alors, pourquoi investir dans un projet qui pourrait augmenter la circulation et ainsi nuire à l'engagement du Québec quant à la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre?

Qui plus est, ce projet viendrait détruire des terres agricoles de chaque côté du fleuve.

Troisièmement, la facture de la construction de ce fameux pont-tunnel s'élèverait à quatre milliards de dollars. Quatre milliards de dollars seulement pour le construire.

À cette somme, il faut ajouter son entretien. L'entretien seul d'un tel pont-tunnel coûterait environ dix millions de dollars. Ainsi, en sus de ces dix millions, il faudra rembourser quatre milliards de dollars de coût de construction. Comment faire cela? En imposant un paiement aux utilisateurs de ce pont. Peut-être, mais pensons-y bien. Dans l'hypothèse que les 33 000 utilisateurs se mettent à emprunter le pont-tunnel matin et soir, à un tarif de deux dollars par passage, soit quatre dollars par jour au total, cela représente annuellement 24 millions de dollars de revenus. En soustrayant les dix millions reliés à son entretien, il reste seulement 14 millions $ pour rembourser le prix de la construction de 4 milliards $. C'est bien peu et à ce rythme, la construction ne sera pas remboursée avant de nombreuses années en utilisant la contribution des utilisateurs. Cela prouve donc que le pont-tunnel n'est pas financièrement la meilleure solution pour relier les villes de Québec et Lévis. Après tout ne faut-il pas avoir les moyens de ses

ambitions?

En somme, je pense que le projet d'un pont-tunnel entre Québec et Lévis n'est pas la meilleure solution pour relier ces deux villes. Je crois qu'il faudrait plutôt miser sur l'optimisation des systèmes de transports collectifs déjà existants ou encore instaurer de nouveaux moyens de transport comme des trains de banlieue ou un service rapide par bus (SRB). Cela demande réflexion. Des systèmes de transport collectif efficaces et respectueux pour l'environnement ne valent-ils pas largement un pont-tunnel coûteux à construire et à entretenir?

Marie-Philippe Gravel-Carpentier

Étudiante en Sciences humaines 

Collège Laflèche

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer