Les moyens des contribuables ne sont pas illimités!

L'Amphithéâtre Cogeco... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Amphithéâtre Cogeco

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à l'article intitulé «Une limite à mettre de l'argent», publié dans notre édition du mardi 8 novembre.

Pour faire suite à l'article du Nouvelliste de mardi concernant M. Jean-François Aubin, conseiller municipal, concernant les dépenses additionnelles prévues à l'Amphithéâtre Cogeco, j'aimerais exprimer mon point de vue.

M. Aubin, où étiez-vous depuis la dernière élection, concernant les dépenses exagérées de l'amphithéâtre? Votre réveil est-il dû à votre tentation de vous porter candidat à la mairie? 

Est-ce le salaire généreux de maire ainsi que la voiture de luxe fournie - payée à même nos taxes et ce sans aucune responsabilité -, qui vous attirent?

Le maire n'était pas présent à leur dernier caucus privé et les moutons ont été laissés à eux-mêmes, alors ils en ont profité pour discuter à l'abri des sanctions du maire. 

Mais une chose que les moutons ne savaient pas, c'est que tout se sait. J'étais contre ce projet luxueux et surtout investir 50 ou 60 millions $ quand notre ville est toujours la capitale des salaires les plus bas.

Le roi Yves disait qu'il avait beaucoup de projets pour les années à venir. C'est facile de dire ça, surtout quand ce n'est pas ton argent mais l'argent des autres. Il y a quelques années des Européens sont venus visiter notre éléphant blanc (amphithéâtre) et le roi a eu des félicitations de ce projet audacieux. Mais ces mêmes visiteurs disaient qu'ils n'avaient pas les moyens de se payer cela.

Je viens de comprendre, maintenant, pourquoi mes taxes ont plus que triplé cette année; avec l'endettement de la Ville, nous n'avons pas fini de payer et imaginez si les taux d'intérêt augmentent. 

À la prochaine élection, il faut absolument avoir un candidat à la hauteur et qu'il y ait plus de monde pour le vote, car à la dernière élection moins de la moitié des électeurs ont voté.

C'est dommage que nous n'ayons pas les vrais chiffres du budget de l'amphithéâtre, parce que payer 100 millions $ pour un jouet d'été seulement, comment peut-on arriver à payer cela sans que ce soit subventionné par la Ville?

Bientôt nous allons avoir un autre jouet non rentable à payer c'est-à-dire l'aréna de 5000 places de deux glaces à 50 millions $, payé encore avec nos taxes, je serais curieux de voir si la vraie dette n'est pas rendue à 500 millions $.

Sylvain Fréchette

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer