Apostasier la religion

J'ai cru au petit Jésus et au Bon... (123RF)

Agrandir

J'ai cru au petit Jésus et au Bon Dieu jusqu'à l'âge de 15 ans. Non pas que j'étais trop arriéré pour comprendre plus tôt, mais on m'avait inculqué de force ces inepties par du catéchisme, des religieux ou religieuses comme enseignants et des prières obligatoires.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Une femme accouche du soi-disant fils de Dieu, sans géniteur, tout en conservant son hymen. Ce fils de Dieu meurt 33 ans plus tard et ressuscite, tel un zombie, après trois jours de putréfaction.

Dans d'autres cultures, on charcute inutilement le prépuce des bébés (mâles). Des femmes sont excisées. Des fanatiques se font exploser en croyant qu'en tuant des innocents, ils jouiront du Paradis et de 72 vierges.

Pour des motivations religieuses, dernièrement, une jeune femme est morte d'une hémorragie lors d'un accouchement, alors qu'une banale transfusion sanguine lui aurait sauvé la vie.

Même un enfant de huit ans peut comprendre que tout cela est absurde. Comment un être intelligent peut-il supporter ces ignominies religieuses? Comment notre système d'éducation peut-il encore donner des cours ayant pour but le respect des cultures religieuses? C'est la rigueur intellectuelle qu'il faut enseigner, pas la tolérance de la sottise.

J'ai cru au petit Jésus et au Bon Dieu jusqu'à l'âge de 15 ans. Non pas que j'étais trop arriéré pour comprendre plus tôt, mais on m'avait inculqué de force ces inepties par du catéchisme, des religieux ou religieuses comme enseignants et des prières obligatoires. Il m'a fallu attendre l'école secondaire pour avoir accès à des livres vraiment éducatifs, et comprendre tout le mal répandu par les religions.

Heureusement, des gens éduqués et intelligents ont bâti, parfois au prix de leur vie, une société laïque. Pour mes propos, à certaines époques ou dans d'autres cultures, j'aurais été soit condamné au bûcher, soit lapidé ou crucifié, soit on m'aurait coupé les membres en biseau comme le commande, pour les impies, le Coran.

Les grandes religions sont des multinationales multimilliardaires qui exploitent une ressource abondante et renouvelable: la bêtise humaine.

Est-ce que les croyants forment une sous-race d'imbéciles? Bien sûr que non. Dès leur plus jeune âge, ils ont simplement subi le lavage de cerveau d'un conditionnement religieux sous la dictature de l'ignorance.

Puisque l'être humain est un animal moral, il est angoissant pour lui d'évoluer sur le chemin de la connaissance. On ne sait jamais qu'elles sont les rencontres qui éclaireront la conscience. Spiritualité veut dire éveil. Les religions prônent plutôt l'aliénation mentale.

Je suis chanceux d'avoir évolué dans une société qui m'a permis de cheminer vers cette conscience. Je suis athée et heureux. Un liant moléculaire, codé par mon ADN, maintient les éléments chimiques et physiques qui ont créé la forme que je suis.

Après ma mort, ces éléments retourneront à leur source. Sachant que ma vie aura une fin, cela lui donne une valeur inestimable et me permet d'en jouir avec une acuité sensitive que ne peut reproduire aucune drogue religieuse.

Les athées n'ont pas à avoir peur d'affirmer leur compréhension du monde. Ils ont des valeurs morales plus évoluées, même s'ils s'exposent à la haine des fous de Dieu.

Poupon, on m'a baptisé. Je fais donc partie de la communauté des catholiques non pratiquants. Les évêques et les cardinaux, pervertis par l'opulence, parlent donc en mon nom.

Quand je pense que l'Église catholique vaut des milliers de milliards de dollars, qu'elle ne paie ni taxes ni impôts, qu'elle a blanchi l'argent de la mafia, et que le Vatican serait le huitième pays au monde en terme d'abris fiscaux, j'ai envie de vomir. Sans compter la pédophilie et les horreurs historiques telles les croisades et l'inquisition.

J'ai appris dernièrement que je peux apostasier. Je n'ai qu'un formulaire à remplir (facile à retrouver sur Internet), puis le poster à mon évêché. On devrait alors me retirer de la liste des catholiques. Quel soulagement!

Denis Frappier

Saint-Justin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer