Contestation virtuelle

Faisons toutes les manifestations possibles, toutes les campagnes... (La Presse)

Agrandir

Faisons toutes les manifestations possibles, toutes les campagnes de sensibilisation du monde, tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher de tels crimes de se reproduire. Mais s'il vous plaît, pas sur les réseaux sociaux.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

De nombreuses personnes ont récemment dévoilé des agressions sexuelles qu'elles ont vécues... sur les réseaux sociaux.

Il y a même des mots-clic qui circulent, dénonçant les actes terribles: #BeenRapedNeverReported, #AgressionsNonDénoncées, #OnVousCroit ou encore #NotOkay sont des mots que l'on voit circuler sur Twitter et Facebook.

Oui, il s'agit d'une certaine libération pour les victimes n'ayant pas dénoncé les actes commis. Oui, ces gens ont besoin d'en parler. Mais est-ce que les médias sociaux constituent un lieu adéquat pour de telles confessions? Je ne crois pas.

Ce sont, au départ, des lieux d'échange et d'information. On ne cesse de nous répéter à quel point ce que l'on publie sur ces plateformes n'a aucune limite et peut tomber sous les yeux de n'importe qui. La puissance de ces médias n'est pas à prendre à la légère.

Je crois qu'un crime sexuel est quelque chose de beaucoup trop important, de beaucoup trop gros pour que l'on jette cela sur les réseaux sociaux. Nous ne savons même pas à qui nous avons affaire. Un site dont on ne connait pas les limites est dangereux, si l'on s'y expose à coeur découvert. 

Faisons toutes les manifestations possibles, toutes les campagnes de sensibilisation du monde, tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher de tels crimes de se reproduire. Mais s'il vous plaît, pas sur les réseaux sociaux. 

Claudia Laporte, 18 ans

Joliette

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer