La culture de l'heure qui sonne

Yves Lévesque... (François Gervais)

Agrandir

Yves Lévesque

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Guy Godin intitulée «L'heure a sonné», publiée dans notre édition du 2 novembre dernier.

À un an des élections municipales de Trois-Rivières, une lettre de monsieur Guy Godin dans Le Nouvelliste du mercredi 2 novembre, voilà un écrit symbolique.

Monsieur Godin cultive les textes qui sonnent le tocsin municipal depuis déjà plusieurs années, c'est sa façon de s'impliquer. Il ne pouvait s'empêcher de passer outre en 2016 pour annoncer 2017. 

«Un maire dépassé, qui est là depuis 16 ans, l'heure du changement a sonné. Il faut élire un maire qui offre une image et des valeurs opposées à ce que nous observons ici.» 

Pour en apprendre plus et surtout les conseils qu'il suggère pour la gestion municipale, je vous invite à lire son texte à la page 13 de l'édition de mercredi.

Malgré ce que vous écrivez, monsieur Godin, le maire Lévesque a accompli énormément de travail en quatre mandats, appuyé par une fonction municipale qui a fait en sorte de redonner à Trois-Rivières, en bordure du Saint-Laurent, sa place dans la province en tant que deuxième ville fondée en Nouvelle-France. 

Mais je me dois de vous donner amplement raison quand vous suggérez avec discernement dans le dernier paragraphe de votre lettre que monsieur le maire serait «extraordinaire» pour gérer le District 55. Force est de constater qu'il le fait déjà à titre de maire et qu'il continuera à le faire dès novembre 2017 dans un cinquième mandat. En effet, à ce moment-là, il pourra, entre autres, mener à bien les projets qui lui tiennent à coeur, concernant l'île Saint Quentin, le hangar numéro 1, pierre angulaire du tourisme pour Trois-Rivières. 

En terminant, je me permettrai de vous parler entre autres du tourisme à Trois-Rivières, comme je pourrais vous mentionner les développements économique, communautaire et durable. Si vous alliez prendre des informations à l'Office de tourisme, à la Boutique EMA sur la rue des Ursulines, et au Musée Boréalis, on vous dirait bien gentiment que dans une même journée, des touristes proviennent aussi bien de la France que de l'Italie, de la Finlande, de la Norvège, de Toronto, de Montréal, de Québec et de différentes régions du Québec.

Ces derniers disent ouvertement qu'ils viennent maintenant visiter Trois-Rivières parce qu'ils en ont entendu parler, parce qu'il s'y passe quelque chose, que ça bouge sur le bord du fleuve.

Vous avez raison, l'heure sonne pour un renouvellement du mandat d'un maire qui fait avancer sa ville et surtout qui a encore de la vision pour le développement de Trois-Rivières.

Denis Simard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer