Maudite boisson!

«Elle couvrait ses mauvais coups, même les trous dans la caisse, elle lui... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

«Elle couvrait ses mauvais coups, même les trous dans la caisse, elle lui pardonnait tout, même son vice secret, qu'il lui avait nommé en pleurant: la boisson.» - Réjean Ducharme dans Les Enfantômes

On salue David Goudreault d'avoir chroniqué, en fin de semaine dernière dans Le Nouvelliste sur ce lubrifiant généralement social dont certaines personnes, hélas, usent immodérément, gâchant presqu'à coup sûr leur vie, celle peut-être de leur entourage et allant même jusqu'à entraîner des inconduites qui seront parfois fatales à des gens se trouvant à la mauvaise place au mauvais moment. Et là, on pense aux victimes d'accidents de la route provoqués par des gens ivres ainsi qu'à celles des incendies allumés quand certaines facultés manquaient à l'appel...

Le plaisir relié à la consommation d'alcool n'est malheureusement pas permis à tout le monde. Pour certaines et certains, il faudra la stricte abstinence, triste garante de l'immodération assurée.

Triste garante en effet car il faudra dire et redire indéfiniment non à ce simple verre qui aura, pour d'autres, le bonheur d'apaiser l'esprit, d'éveiller la bonne humeur, de délier la langue, etc.

Moi, c'est souvent à celles et ceux qui ont été forcés de renoncer définitivement à boire qu'il m'arrive de penser. Vous et moi connaissons certainement de ces personnes; ce sont celles qui ont trop de mal à user de modération avec les produits des distillateurs, des vignerons et des brasseurs.

C'est sans doute pourquoi David Goudreault nous rappelle qu'insister, qu'inciter tout le monde à entrer automatiquement dans le club des assoiffés s'avère être inapproprié.  

Car une sorte de malédiction pèse sur celles et ceux qui doivent absolument renoncer à l'alcool au prix de perdre immanquablement les pédales. 

Plume Latraverse n'a-t-il pas employé déjà une formule imagée pour ni plus ni moins expliquer cette sombre malédiction ? Quelle était cette formule? «Promesse d'ivrogne/Ça se tasse quand la soif te pogne»...

Réjean Martin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer