Hydro-Québec, une vache à lait

HQ est un monopole, une machine à fabriquer... (La Presse)

Agrandir

HQ est un monopole, une machine à fabriquer de l'argent, dégageant des profits abusifs afin de garnir les coffres du gouvernement.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dernièrement, le président d'Hydro-Québec était de passage à Trois-Rivières. Jadis société chouchou des Québécois, HQ était un symbole de fierté et d'identification de la réussite du Québec français.

En 1944, la création d'Hydro-Québec avait comme objectif de fournir l'électricité aux citoyens aux tarifs les plus bas compatibles avec une saine administration financière. En 1963, HQ a permis de devenir «maîtres chez nous» en prenant le contrôle du développement provincial de nos ressources hydrauliques.

Que s'est-il passé pour qu'Hydro soit maintenant perçue comme une gigantesque entreprise secrète qualifiée de vache à lait du gouvernement? En effet, HQ est un monopole, une machine à fabriquer de l'argent, dégageant des profits abusifs afin de garnir les coffres du gouvernement. 

Quel est le secret de la potion magique qui transforme Hydro-Québec en machine à produire de l'argent? La recette combine quatre éléments soit le dividende, les taxes, le bloc patrimonial et les surplus.

Le dividende est un montant versé à l'actionnaire provenant des bénéfices de l'entreprise. Avant 2008, HQ versait 50 % du bénéfice en dividende. Depuis 2008, c'est 75 %. De 2010 à 2015, HQ versa près de 11,5 milliards $ au gouvernement.

Les taxes permettent d'encaisser des milliards en revenus pour le gouvernement. Au Québec, la taxe de vente sur l'électricité (TVQ) était de 7,5 % en 2010. Depuis 2013 elle est de 9,975 %. À titre de comparaison, la taxe provinciale en Alberta est de 0 %, 5 % en Saskatchewan, 7 % en Colombie-Britannique et de 8 % en Ontario. Afin de soulager les usagers, les Ontariens auront un congé de taxe provinciale sur leur facture d'électricité en 2017!

Ce n'est pas tout. Trois autres taxes ont procuré un revenu de 1,1 milliard $ en 2015. C'est plus que le dividende versé par la SAQ et le gouvernement n'a rien à faire pour l'encaisser annuellement! Il s'agit de la taxe sur les services publics, la redevance hydraulique et les frais de garantie. De 2010 à 2015, ce trio de taxes et le dividende ont enrichi le gouvernement de près de 18 milliards $!

Le bloc patrimonial est un énorme bloc d'électricité de 165 TWh produit par des centrales patrimoniales construites depuis plus de 60 ans. Ces ouvrages sont déjà payés ou presque. En 2000, le prix de ce bloc fut fixé à 2,79 cents/kWh et tenait compte des coûts réels de production et de l'amortissement.

L'auteur de ce projet de loi, l'ex-ministre Jacques Brassard (PQ), écrivait alors: «Comme nous ne souhaitions pas qu'Hydro-Québec soit tenté de modifier ce prix à la hausse, nous avons pris soin de l'inscrire dans la loi. [...] que s'il y avait lieu de réviser dans l'avenir le coût de 2,79 cents le kilowattheure, ce devrait être logiquement à la baisse.»

À la baisse! De la même façon que le coût de votre logement diminue substantiellement lorsque votre prêt hypothécaire arrive à terme. Cela était en ligne avec la mission première d'HQ soit de fournir l'électricité aux plus bas taux possible.

Que pensez-vous que les politiciens vont faire? De la politique. Le Parti libéral proposera d'augmenter le prix du bloc. En campagne électorale, le Parti québécois promet de geler le tarif du bloc. Une fois au pouvoir en 2014, il reniera sa promesse en l'indexant à l'inflation.

Ceci illustre que le tarif exigé ne reflète pas le coût réel et devient une taxe déguisée. Avec le temps le coût de production du bloc baisse mais le tarif augmente abusivement.

Autre exemple d'abus: les trop-perçus. Ce sont des sommes qui se retrouvent dans les poches d'Hydro en plus de ce qui est autorisé par la Régie. Avez-vous une idée de ces surplus? De 2008 à 2014, c'est 1,3 milliard $ que les consommateurs paieront en trop à HQ. 

Pensez-vous que la société d'État les a retournés aux consommateurs? Non. En 2014, la Régie de l'énergie a décidé, pour la première fois, de forcer HQ à rembourser ses clients. Comme elle l'exige de Gaz Métro. Vous rappelez-vous ce qui s'est produit? Le gouvernement libéral annulera la décision de la Régie et confisquera les surplus, soit environ 160 millions $.

Les politiciens savent bien exploiter la vache à lait par des taxes déguisées à l'abri des projecteurs. Mais ils le font d'une autre manière. Par ingérence politique. L'ex-PDG Thierry Vandal, dira que c'est la faute du gouvernement si Hydro-Québec est en surplus. Ce fut désastreux pour les consommateurs.

Pierre Girard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer