Hausse du salaire minimum: prudence!

J'ai assisté à une rencontre du Regroupement des organismes d'éducation... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

J'ai assisté à une rencontre du Regroupement des organismes d'éducation populaire autonome de la Mauricie (ROEPAM) à propos du salaire minimum qui est de 10,75 $/l'heure et qu'on voudrait voir passer à 15 $/l'heure.

Rencontre très intéressante au cours de laquelle un économiste nous a fait connaître différentes études sur l'état de notre société.

Selon les études mentionnées, nous produisons de plus en plus de richesse mais elle ne bénéficie qu'aux plus riches alors que les plus pauvres ont de la difficulté à rencontrer leur fin de mois. N'étant pas économiste je ne peux discuter du bien-fondé des différentes études, je peux par contre dire sans me tromper que certains économistes voient le verre à moitié vide alors que d'autres le voient à moitié plein.

Qui a raison, je ne sais pas. Mais je voudrais prendre un instant pour démontrer par un écrit de l'économiste Pierre Fortin, cité abondamment lors de la rencontre, qu'il y a des dangers à aller trop vite. Par exemple, le salaire minimum représentait en l967 48 % du salaire moyen d'un employé payé à l'heure, en 1975 le salaire minimum avait été augmenté à 55,3 % du salaire moyen d'un employé payé à l'heure.

Cette augmentation rapide a eu des effets négatifs importants et le premier ministre du temps (René Lévesque) a dû geler le salaire minimum pour une période de cinq ans.

Selon ce que je comprends, nous devons nous maintenir autour de 50 % du salaire moyen d'un travailleur payé à l'heure. Il semble que nous devons être prudents avant d'envisager une augmentation à 15 $. 

Il n'en demeure pas moins qu'en 1967 nous étions à 48 % du salaire moyen d'un employé payé à l'heure alors qu'aujourd'hui, 49 ans plus tard, le salaire minimum est de 47 %.

Ceux qui disent qu'aujourd'hui il y a dégradation dans le système n'ont pas tort, car effectivement tous ceux qui ont la chance de travailler sous la protection d'une convention collective ont vu leur pouvoir d'achat augmenter, alors que les autres ont plus ou moins suivi le coût de la vie sans augmentation de leur pouvoir d'achat.

Robert Landry

Trois Rivieres

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer