Vive le respect de la liberté... de conscience!

Le cours ECR a été implanté en 2008... (La Presse)

Agrandir

Le cours ECR a été implanté en 2008 avec comme objectif caché, non avoué, d'endoctriner de jeunes enfants et la jeunesse, du primaire au secondaire, au fait religieux.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Mme Carole Piché intitulée «Vive le respect de la liberté... au Québec!», publiée dans notre édition du 26 septembre dernier et portant sur le cours d'Éthique et culture religieuse.

C'est toujours intéressant de connaître le point de vue d'une enseignante à la retraite. Cependant, depuis votre époque, le cours ECR a été implanté en 2008 avec comme objectif caché, non avoué, d'endoctriner de jeunes enfants et la jeunesse, du primaire au secondaire, au fait religieux. 

Ce cours unique et obligatoire est un cours de religions déguisé que l'on impose à des enfants encore trop jeunes pour comprendre toutes les abstractions religieuses qu'on leur enseigne.

Jamais on ne remet en doute l'existence de Dieu; jamais on ne remet en doute toutes les croyances, les mythes, les dogmes et les pratiques de l'ensemble des religions de la planète, en plus des pseudosciences parareligieuses; jamais on ne sensibilise les enfants au fait que toutes les religions considèrent les femmes comme des êtres inférieurs, juste bonnes à être la servante de l'homme et à faire des enfants; jamais on n'enseigne que les religions furent responsables de millions de morts dans le passé; jamais on n'incite l'enfant à se questionner sur le fait religieux, on lui présente ce dernier comme étant une réalité, un fait accompli que l'on ne doit jamais douter, que l'on ne doit jamais remettre en question.

On ne lui apprend pas à réfléchir, mais à croire sans preuve, à agir sans discernement. On enseigne aux enfants que des faits, ou contenu, religieux et non une réflexion.

De plus, ce cours est dénué de l'humanisme sans croyance au divin, d'athéisme, de l'incroyance et de la non-observance de ceux qui ne pratiquent aucune religion, soit environ 80 % de la population québécoise actuelle. C'est dommage, très dommage. 

Toutes ces données sont basées sur une étude objective de 20 manuels scolaires dédiés à l'enseignement du cours ECR, réalisée par Daniel Baril, un anthropologue. Toutes ses conclusions sont résumées dans un livre collectif intitulé La face cachée du cours ECR, livre à lire absolument si vous voulez avoir l'heure juste sur ce cours.

L'intervention de Mme Andréa Richard est donc très noble et très justifiée. Elle tente d'informer les parents de l'enseignement religieux très biaisé, manquant d'impartialité, déformateur, endoctrinant que l'on impose à leurs enfants avant qu'il soit trop tard. 

Depuis 2009, un groupe de parents catholiques ont demandé l'abolition de ce cours. Les pères Jésuites ont obtenu pour leur collège, l'abolition de ce cours. Cela ne vous pose pas des questions, Mme Piché?

Quant à la réflexion du pape Jean-Paul II disant «que la première liberté qu'un État totalitaire nous enlève, c'est la liberté religieuse, ensuite, il nous enlève toutes les autres», elle est juste. Cependant, ce pape n'a pas de leçon à nous donner.

La religion catholique, lorsqu'elle prend le pouvoir avec le politique, devient aussi meurtrière que n'importe quel État totalitaire. Il suffit de penser à tous les millions de morts causés par toutes les guerres de religion en Europe, l'Inquisition, les croisades, etc., pour s'en convaincre.

Alors, merci Andréa de dénoncer l'enseignement de la religion dans nos écoles à de jeunes enfants incapables de comprendre tous les concepts religieux abstraits qu'on leur explique et de vouloir remplacer ce cours par un cours sur la citoyenneté, sur l'humanisme sans croyance au divin, sur l'histoire des religions à l'intérieur d'un cours d'histoire objectif décrivant TOUTE la réalité de faits vécus, et non des croyances reposant sur la foi, et un cours de philosophie adaptée aux enfants pour leur apprendre à développer une pensée critique.

Richard Rousseau

Trois-Rivières

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer