En santé, le principe de précaution doit s'appliquer

Lettre à mon conseiller municipal du district de Sainte-Marthe-du-Cap (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre à mon conseiller municipal du district de Sainte-Marthe-du-Cap

M. Daniel Cournoyer, je vous ai écrit, comme bien d'autres citoyens de Trois-Rivières, pour vous signifier que nous ne souhaitons pas avoir de fluor ajouté à l'eau potable de notre ville. Mais vous faites la sourde oreille au refus par la population. 

Lorsque j'ai voté pour vous, M. Daniel Cournoyer, c'était parce que vous disiez au journal Le Nouvelliste, en avril 2013, que vous souhaitiez prioriser de «mettre en place un mécanisme de consultation auprès de la population», «maintenir une bonne qualité de vie dans notre secteur et dans l'ensemble de la ville».

C'est bien vous, qui, dans l'Hebdo Journal d'avril 2013, disiez: «Je m'engage à travailler avec acharnement pour la vitalité de la ville, pour et avec les citoyennes et citoyens».

J'ai la chance de vivre dans un pays démocratique. Nous votons pour élire des personnes qui nous représenteront. Ne nous laissez pas tomber M. Cournoyer. Nous avons besoin de vous pour prendre des décisions justes et éclairées. 

Lorsqu'il est question de notre santé et celle de nos familles, le principe de précaution doit s'appliquer. Les études sur les bienfaits et les dangers de la fluorisation de l'eau potable sont contradictoires. 

Mais il est clair que le produit chimique que vous vous apprêtez à ajouter à notre eau potable à gros frais prélevés sur nos taxes est plus nocif que bénéfique.

Le produit utilisé pour fluorer l'eau potable, même étant certifié NSF60, n'a jamais subi de test de toxicologie. Vous croyez qu'il n'est pas dangereux à petite dose. Sachez que les produits de fluoration sont la plupart du temps contaminés par des métaux lourds et que, même à petite dose, ils sont biocumulatifs dans le corps humain car difficilement éliminés par les reins. 

Vous croyez que, parce que ça fait 40 ans que Trois-Rivières fluore son eau, personne n'a eu de problème de santé. Multitudes d'études disent le contraire. Nos hôpitaux débordent de gens malades.

Vous prétendez vouloir fluorer l'eau pour réduire la carie dentaire chez les plus démunis. Mais les études démontrent que l'ingestion orale du fluor n'est d'aucun bénéfice contre la carie dentaire. Le recours à des produits de traitement de l'eau pour traiter une population contre une maladie soulève de sérieux problèmes éthiques et légaux. 

Il n'en tient qu'à vous de faire cesser cette aberration. 

M. Cournoyer, merci de prendre soin de vos citoyens. Nous vous avons élu pour nous représenter. Vos citoyens vous disent NON à la fluorisation de notre eau potable. 

Karine Champoux

Technicienne en chimie analytique

Citoyenne du district du secteur Sainte-Marthe-du-Cap

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer