Lisée et la séparation

Jean-François Lisée, nouveau chef du Parti québécois.... (La Presse)

Agrandir

Jean-François Lisée, nouveau chef du Parti québécois.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Jean-François Lisée a été élu chef du Parti québécois. Tout le monde le sait: il affirme depuis des mois qu'il ne tiendra pas de référendum au cours d'un premier mandat dans l'hypothèse improbable d'une victoire électorale en 2018.

Tout le monde le sait. C'est très bien en surface mais si on creuse un peu le discours péquiste, on découvre plusieurs entourloupettes appréhendées comme celle qui voulait que les Québécois de souche puissent être les seuls à voter lors d'un référendum.

Mais il y a une autre magouille qui a été discutée au PQ, soit celle d'une déclaration d'indépendance proclamée unilatéralement. Dès lors, pas besoin d'un référendum dans un premier mandat comme le suggère Lisée. Cette solution a d'ailleurs presque séduit Jacques Parizeau autrefois. 

Que pense Lisée de cette magouille qui ne nécessiterait pas de référendum qu'il perdrait de toute façon? 

Je ne suis pas péquiste, vous l'aurez deviné. Mais je ne voudrais pas qu'on nous serve ce genre de salade. Personnellement, j'aurais préféré Alexandre Cloutier à Pierre-Karl Péladeau et à Jean-François Lisée. 

Cloutier est dans la jeune quarantaine et je crois qu'il est intellectuellement honnête contrairement à Jean-François Lisée qui l'a faussement associé à Charkaoui en plus des autres mensonges qu'il a propagés à l'endroit de ses adversaires.

Quant à Péladeau, j'avais écrit dans Le Nouvelliste du mardi 27 janvier 2015 qu'il serait un feu de paille, ce qu'il a d'ailleurs été. Je ne suis pas un tireur de cartes mais je pense que Lisée perdra la prochaine élection à la suite de laquelle il y aura congrès à la chefferie et cette fois, Alexandre Cloutier l'emportera de même qu'à l'élection générale.

Pour ceux que la sémantique intéresse, les péquistes sont d'abord des séparatistes avant d'être des souverainistes. En effet, dans l'ordre des choses, il faut commencer par se séparer du Canada, après quoi la souveraineté pourrait prendre forme progressivement. Être séparatiste n'est pas insultant mais seulement désolant.

Serge Gagnon

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer