Sur la ténacité d'un mensonge

Depuis plus de 2000 ans, les hommes essaient de se débarrasser de tout ce qui... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Depuis plus de 2000 ans, les hommes essaient de se débarrasser de tout ce qui leur échappe, convaincus que l'univers doit tourner autour de l'ego humain.

Qu'il s'agisse des Andréa Richard et des Ghyslain Parent d'aujourd'hui ou des Protagoras et des Lénine d'hier, le débat se poursuit comme si l'histoire n'était pas un fidèle miroir de tous ces efforts politiques où les hommes acceptent volontiers de se transformer en créatures larmoyantes, sentimentales, insipides et bonasses qui demandent à devenir des esclaves de l'opinion publique, de la majorité des voix, de l'utilité sociale.

Socialiser l'homme tout entier, corps et âme: tel est le mensonge qui est à la base de la passion morale de la plupart de nos intellos. Ce n'est pas sans raison que Gracchus Babeuf, déçu par les résultats de la 

Révolution française, parlait déjà du «bagne égalitaire»... et que de nombreux critiques de notre époque évoquent ce qu'on appelle «les invasions barbares» pour qualifier ce qui nous arrive: le chaos des idées et des moeurs, l'érosion progressive du politique sur le cours des choses au point de remettre en question l'irréductible humanité de l'homme. Sont-ce là les fruits de la civilisation?

André Désilets

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer