Une vision pour les commerçants d'aujourd'hui et de demain

La présidente de l'Association des gens d'affaires de Grand-Mère,... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La présidente de l'Association des gens d'affaires de Grand-Mère, Lucie Bourbeau.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Martin St-Pierre, est directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan. Il réagit ici à l'article de Guy Veillette intitulé «Manque de relève à l'Association des gens d'affaires de Grand-Mère», publié dans notre édition du 26 septembre dernier.

Les propos tenus par la présidente de l'Association des gens d'affaires de Grand-Mère, dans l'article signé par le journaliste Guy Veillette, méritent toute notre attention. Elle évoquait que son association se penchera sur son avenir au cours des prochaines semaines en raison d'un manque de relève des gens d'affaires du secteur Grand-Mère.

Au cours de la dernière année, et en raison de ce manque de relève apparent, la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan (CCIS) a offert son soutien à Mme Bourbeau et à son Association. Nous le réitérons donc aujourd'hui.

Les prochaines années seront cruciales pour l'avenir du secteur du commerce de détail. En ce sens, la CCIS a fait de la promotion de l'activité commerciale l'un de ses quatre grands dossiers prioritaires.

D'ailleurs, lundi soir dernier, nous tenions, à l'initiative du commerçant Stéphane Duchesneau, de Grand-Mère Nature et de Choco-Impact, une séance d'information avec une quinzaine de commerçants afin de lancer une campagne promotionnelle et publicitaire dans le but de dynamiser le secteur commercial de Grand-Mère. Cette campagne se tiendra du 17 au 30 octobre prochain dans les commerces participants et sur les ondes du 92,9 CFUT.

La CCIS est un réseau structuré de plus de 600 gens d'affaires représentant la communauté d'affaires de Shawinigan et notamment pour mandat d'initier et de soutenir des actions concertées favorisant l'avancement commercial et économique de son territoire. La CCIS est donc un partenaire dédié aux commerçants et aux entrepreneurs tout en étant un agent mobilisateur de concertation économique local et régional.

Nous sommes d'avis que la gestion de la fonction commerciale se doit d'être plus harmonieuse et structurée, tout comme son développement. Je lance un appel à la mobilisation des commerçants de Grand-Mère et de l'ensemble du territoire et invite les commerçants à se regrouper autour de leur chambre de commerce, qui pourra les soutenir grâce à son organisation solide et son expertise reconnue.

Le commerce de détail vit une période de transformation. À la concurrence des grands centres, des «power centers» et des bannières américaines, s'ajoute l'arrivée en force du commerce électronique. Les commerçants doivent s'adapter à ces nouvelles réalités pour survivre et prospérer. Même si les histoires de fermetures font plus souvent les manchettes que les succès de petits commerçants, il n'en demeure pas moins que plusieurs commerçants de Shawinigan se démarquent et foncent à contre-courant. Ces succès individuels doivent toutefois s'appuyer sur une concertation intense des commerçants pour assurer la vitalité d'un secteur commercial et travailler à le développer. La CCIS souhaite être cet outil de concertation pour le secteur commercial de Grand-Mère.

C'est pour cette raison, que la CCIS entend assurer un leadership dans le développement économique et commercial de notre ville, tous secteurs confondus. La présence marquée de la CCIS sur le territoire permettra le développement de projets qui viendront bonifier l'offre de commerces et de services aux différents centres-villes, mais également sur l'ensemble du territoire de la ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer