On a l'air fou

Dans un passé pas si lointain, notre société québécoise était enviée... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans un passé pas si lointain, notre société québécoise était enviée mondialement pour sa discipline, sa créativité ainsi que par sa détermination à réussir dans tous les domaines. Terminé le temps de se mettre à quatre pattes devant qui que ce soit. La révolution tranquille nous avait permis d'évoluer en tant que société.

DLa menace d'aller en enfer qu'utilisait à profusion nos autorités religieuses n'avait plus aucun effet sur le peuple québécois. 

Les femmes ont pu y trouver leur place tant sur le marché du travail en plus d'intégrer le monde des affaires, le monde médical et celui de la politique. 

Quant aux immigrants qui optaient pour s'établir au Québec, ces derniers étaient heureux de se conformer à nos lois et règlements et ne demandaient aucun accommodement raisonnable. Bien qu'ils n'étaient pas parfaits, nos gouvernements faisaient un job décent. Bien sûr il y avait toujours place à l'amélioration mais dans l'ensemble la population était très fière de tous les Québécois.

Nous sommes maintenant en 2016, bientôt en 2017 et nous constatons cette importante détérioration; en tout premier lieu on se doit de déplorer un manque de respect flagrant de la part de ceux qui nous dirigent en gaspillant les fonds publics; cette indifférence existe également chez nos institutions financières qui enfoncent dans la gorge de leur clientèle de tout âge la promotion de leurs outils électroniques.

Elles se foutent des personnes trop âgées qui peinent et se stressent devant cette attitude. Elles n'hésitent aucunement à abandonner les contacts avec leurs clients. Tout ce qui les intéresse c'est de faire de l'argent à la pelle afin de payer le salaire des «ronds de cuir» censés diriger ces institutions. 

Nous sommes rendus à évoluer dans une galère d'exigences sans précédent qui découragent d'une part nos créateurs, nos entrepreneurs, nos commerçants et nos manufacturiers. 

Chaque ministère impose des critères irréalistes et très coûteux, de sorte que ces investisseurs et hommes d'affaires craignent le pire. Donc l'inertie s'installe et le développement stagne.

Cette situation déplorable dure depuis plus d'une quinzaine d'années. Naturellement, ces comportements d'indifférence et de non-respect pratiqués par le monde de la finance et autres intervenants impliqués ont largement contribué à rendre notre société telle qu'elle est aujourd'hui c'est-à-dire passive, sans ambition et désintéressée. Nous avons élu le gouvernement actuel: comment avez-vous trouvé son comportement depuis qu'il est en poste? 

L'affaire Rona et le ministre Daoust? L'affaire Uber? L'affaire Hamad? La gestion du fonds Vert et la liste pourrait s'allonger. À Ottawa on se prépare à légaliser le pot! Ce projet permettra de percevoir des montants faramineux en taxes et favorisera davantage la contrebande de ce produit devenu un fléau dans le monde. Nous sommes rendus à un point où on doit se consoler en se disant que c'est un phénomène mondial. 

Autrement dit: «oui» on a l'air fou, mais c'est moins pire qu'ailleurs dans le monde. Continuons à nous texter et à jouer à la chasse aux Pokémon et surtout n'oublions pas de changer nos iPad chaque fois que les fabricants nous affirment que notre vieux est dépassé et même chose pour nos cellulaires et ordinateurs. Donnons des tablettes électroniques à nos élèves de maternelle et peut-être que dans une quinzaine d'années ils auront appris à lire!

Tant qu'à y être!

Alain Tourigny

Victoriaville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer