• Le Nouvelliste > 
  • Opinions 
  • Fluoration: oui à un moratoire pour éviter le gaspillage des fonds publics 

Fluoration: oui à un moratoire pour éviter le gaspillage des fonds publics

Le récent processus d'appel d'offres effectué par la Ville de Trois-Rivières... (Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le récent processus d'appel d'offres effectué par la Ville de Trois-Rivières visant la réalisation de travaux complémentaires à son usine de traitement, incluant la mise à niveau des équipements pour fluorer l'eau potable de Trois-Rivières, confirme que nos élus s'apprêtent à dépenser près d'un million de dollars pour nous faire ingérer contre notre gré de l'acide hexafluorosilicique, un produit chimique de qualité industrielle qui, contrairement au fluor de nos dentifrices étant de qualité pharmaceutique, est non réglementé ni homologué par Santé Canada.

Le 4 juillet dernier, les élus municipaux ont adopté une résolution invitant le MSSS à consulter la population et à leur confirmer l'acceptabilité sociale de cette mesure dite de santé publique.

À ce jour, aucune réponse en ce sens n'a été reçue. Alors pourquoi le conseil de ville va-t-il de l'avant avec la réalisation des travaux devant conduire à la fluoration?

Pourquoi ne décrète-t-il pas un moratoire sur la portion des travaux complémentaires visant à finaliser l'installation d'un système de fluoration jusqu'à ce qu'il y ait une véritable consultation publique sur la fluoration de l'eau? Ou encore jusqu'aux prochaines élections municipales en novembre 2017, qui permettrait alors au nouveau conseil municipal d'écouter sa population qui a clairement exprimé son refus et de mettre définitivement fin à la fluoration de l'eau potable.

La démarche du conseil de ville est si incohérente qu'elle ressemble à une façon de se déresponsabiliser tout en prétendant tenir compte de l'opinion des citoyens.

D'une part, on demande de consulter la population et de confirmer l'acceptabilité sociale, mais d'autre part, on dit vouloir poursuivre le processus menant à la fluoration, sans même attendre la réponse du MSSS.

D'ailleurs, le MSSS ne s'est-il pas lui-même déresponsabilisé en renvoyant la balle dans le camp des villes sous prétexte que la décision leur revient? Pendant combien de temps vont-ils encore se relancer la balle sans tenir aucun compte de l'opinion des principaux intéressés, les citoyens?

Pendant ce temps, le risque de devoir rembourser la subvention du MSSS grossit. Rappelons que Richmond a vécu la même situation en 2014, après que le conseil eut finalement abandonné la fluoration de son eau. Qui seront donc les grands vainqueurs de cette saga? Les firmes d'ingénieurs et les fournisseurs des équipements. Les grands perdants? Les citoyens qui refusent de se faire imposer un traitement médical coercitif et qui devront payer de leur poche.

Danielle Landry

Trois-Rivières 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer