Le 8 septembre, j'ai eu le coeur en fête

Le panneau indiquant le territoire du Nitaskinan a... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le panneau indiquant le territoire du Nitaskinan a été dévoilé, jeudi, à Rivière-aux-Rats.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

C'était la fête nationale de Nitaskinan, de la nation atikamekw, afin de souligner la date anniversaire de la Déclaration de souveraineté d'Atikamekw Nehirowisiw, du 8 septembre 2014.

Même si nous sommes non-autochtones, c'est une fête à célébrer avec notre coeur amérindien. Parce que nous vivons sur le territoire de Nitaskinan. Et surtout que les civilisations des 

Premières nations sont une partie majeure de notre propre identité et de son caractère distinct, en tant que Québécois ou Canadiens.

Dans le passé, on a été bien accueillis par les Premières nations. Loin de nous chasser, les Premières nations se sont comportées en bon allier, avec une grande ouverture d'esprit, on a été reçus comme des frères et soeurs. Les Premières nations nous ont fait une place sur le territoire et ont partagé leurs connaissances.

Pour survivre, il aura fallu apprendre beaucoup de leurs manières de vivre. Mais surtout, les civilisations des Premières nations nous ont transmis leur manière de penser avec leur esprit de partage et de justice, dans la liberté, l'égalité et la fraternité. Ce sont elles qui nous ont accrochés au pays; ce sont nos racines, nos frères et nos soeurs.

En Mauricie, on a la chance de se réconcilier et vivre ensemble. Comment? En prenant conscience de notre coeur amérindien. Aujourd'hui, c'est à notre tour de partager avec nos frères et nos soeurs atikamekws et de se comporter en bon allier, en reconnaissant la souveraineté légitime de la nation atikamekw, tout en étant juste et équitable; notre propre souveraineté, dépend de cette reconnaissance.

En Mauricie, la culture, la langue et les valeurs atikamekw doivent reprendre leur place sur l'ensemble du territoire et être partagées avec nous, pour renouer nos liens avec nos racines. C'est pourquoi nous avons le coeur en fête.

Le 8 septembre devrait être reconnu comme une journée fériée, pour la région. Tout comme la langue atikamekw devrait être une langue officielle en Mauricie, tout comme le français.

Yves Donaldson

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer