À propos de la transaction Rona-Lowe's

Bon d'accord, le ministre Daoust a démissionné parce qu'il avait menti... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Bon d'accord, le ministre Daoust a démissionné parce qu'il avait menti concernant le bloc d'actions de Rona détenu par Investissement Québec. Cela fait, il reste à expliquer pourquoi le gouvernement du Parti libéral a laissé aller la vente de ce fleuron de l'économie québécoise qu'est Rona à des intérêts américains, en l'occurrence Lowe's.

Certains croient que le gouvernement Marois en 2012 a fait acheter un lot d'actions de Rona par Investissement Québec pour en bloquer l'achat par une compagnie américaine. Certains ont même prétendu que le PQ n'aime pas les Américains ni l'entreprise privée. Foutaise. Le PQ ce n'est pas Québec solidaire tout de même! 

Voilà ce qu'il en est: lors de la première offre d'achat de Lowe's en 2012, même les membres du conseil d'administration de Rona faisaient la baboune, non parce qu'ils s'opposaient à la prise de contrôle de Rona par une firme américaine, mais bien parce que l'offre de Lowe's n'était pas assez substantielle. À preuve, le large sourire des dirigeants de Rona lors de la seconde offre qui était équivalente au double du prix de l'action cotée en bourse. Imaginez qu'en plus on s'évitait du coté québécois une restructuration probablement douloureuse de Rona accompagnée de fermeture de magasins, de pertes d'emplois et de changement de fournisseurs. Cette compagnie était dans un état de stagnation depuis plusieurs années.

Si le PQ a confié à Investissement Québec l'achat d'un bloc actions de Rona pour en empêcher la vente, c'est précisément pour qu'Investissement Québec puisse en disposer à sa guise au moment jugé opportun, au meilleur prix sans l'aval du gouvernement. Qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas le retrait d'Investissement Québec du portrait qui a permis à Lowe's de soumettre une seconde offre d'achat, parce que même si elle avait gardé son bloc d'actions, elle pouvait en disposer à sa guise. Non, c'est la baisse du dollar canadien face à devise américaine qui a tout changé. On se souvient qu'en 2012, le dollar canadien était à son plus haut, alors qu'en février 2016 il ne valait que 70 sous.

Quand le ministre Daoust dit à son chef de cabinet: «Qu'Investissement Québec fasse ce qu'elle veut, c'est sa responsabilité», c'est parce que Rona comme entreprise n'a pas d'importance stratégique dans l'économie québécoise. Quand M. Legault de la CAQ réclame une politique concernant l'achat de sièges sociaux québécois par des entreprise étrangères, c'est une très bonne idée mais risquée du point de vue politique. En effet, on pourrait voir les employés et les fournisseurs faire pression sur l'État pour que leur entreprise, qui n'aurait pas l'importance requise, soit protégée. Il est douteux d'ailleurs que Rona aurait été protégé si une telle politique avait existé. 

En effet, qu'est-ce que c'est Rona? De la vente au détail, comme autrefois Provigo, peu ou pas de recherche et développement, pas de brevets, des emplois peu spécialisés et peu payés. On est très loin de Bombardier! Reste la distribution et l'investissement des profits dans l'économie québécoise. Si Lowe's réussit à faire croître Rona de nouveau, notre Caisse de dépôt, le bras financier de notre État, pourra toujours acquérir des actions de Lowe's. On n'est pas dans les années 30 quand même où on voyait nos sièges sociaux s'envoler vers d'autres cieux sans pouvoir rien faire.

Partisanerie, petite politique de la part du PQ et de la CAQ dans ce dossier, pourquoi pas? C'est de bonne guerre. Le reproche: Investissement Québec a vendu son bloc d'actions trop tôt et a perdu le profit escompté lors de la seconde offre d'achat de Lowe's soit entre 100 et 150 millions $. Ça c'est pee-wee pas à peu près! Un petit bonus avec ça?

Guy Héroux

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer