Des profs qui font de la propagande à des élèves qui gobent tout!

Andréa Richard... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Andréa Richard

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Gaëtan Bérubé, est enseignant en Éthique et culture religieuse au secondaire.

Le matin du 6 septembre, j'ai lu l'article vous concernant dans notre quotidien Le Nouvelliste. Chère Mme Richard, je n'ai pu m'empêcher de reprendre cet article avec mes élèves du cours d'éthique et culture religieuse de secondaire 4, parce que je tente de mettre en pratique ce que j'enseigne: réfléchir, analyser et dialoguer afin de porter un jugement éclairé sur tous les sujets d'actualité. Et ce, même si vous semblez vouloir occulter la dimension religieuse, il y a des nouvelles d'actualité religieuses et spirituelles dans la société et notre jeunesse doit en être informée. Ces jeunes, qui sont inondés par des flots d'informations qui défilent à une vitesse vertigineuse sur les médias sociaux, ont besoin d'aller au-delà des images présentées et de détecter les valeurs qui sous-tendent les idées. Par exemple, sur quoi se base Djemila Benhabib qui prône l'interdiction du voile? Mais parce que tout raisonnement doit être dialectique, ils ont aussi le droit de savoir pourquoi une jeune étudiante universitaire, Dalila Awada, tient librement à le porter. Ensuite, ils articulent leurs idées et découvrent les valeurs qui les animent. 

En demandant d'enlever l'enseignement des religions (et non l'enseignement religieux d'une religion en particulier, il y a ici une nuance importante) parce que cela risquerait de produire des extrémistes religieux, n'est pas du tout une réalité que les élèves perçoivent dans le contenu du cours. Au contraire, s'informer sur les grandes religions aide à outiller des élèves contre les discours haineux, intolérants et irrespectueux de la dignité humaine. En ce sens, un élève m'a dit et je le cite: «qu'il fallait être informé adéquatement sur le contenu d'une religion pour mieux la comprendre, la critiquer et pour percevoir les dérives extrémistes.» Un jeune en quête d'identité et sans esprit critique et qui a été privé d'informations sur les religions au secondaire, peut se laisser entraîner par un imam extrémiste et persuasif... Parlez-en aux parents des étudiants du cégep Maisonneuve qui sont partis combattre pour l'État Islamique! 

Le cours d'éthique est ouvert, respectueux des différences et apprécié des jeunes, car il leur offre un espace où ils peuvent se prononcer et découvrir l'importance de la dimension spirituelle sans jamais oublier l'esprit critique. 

Qu'est-ce qui est mal dans le fait d'adhérer à une foi religieuse avec un esprit critique et un bon discernement? Pourquoi cacherions-nous à nos jeunes le fait qu'en 2016, la foi fait partie de la vie de milliards de bouddhistes, d'hindouistes, de musulmans, de chrétiens et de juifs, pour ne nommer que ces grandes religions? Quand nous avons vu le christianisme, nous avons parlé de l'inquisition de l'Église catholique chez les Mayas mais aussi de l'expérience spirituelle de Marguerite Bourgeoys qui s'est traduit par un profond engagement en éducation pour les enfants en Nouvelle-France. Je ne leur ai pas demandé de devenir catholiques pour autant! Aussi, nous avons appris que l'aumône aux pauvres faisait partie des cinq piliers de l'Islam, mais que certains fondamentalistes interprètent le Coran à des fins politiques. Je ne leur ai pas demandé de devenir musulmans pour autant! J'aurais d'autres innombrables exemples qui apaiseraient votre crainte que les enseignants font de la «propagande religieuse», comme vous dites, mais je veux laisser de l'espace pour les autres opinions de cette tribune.

Avant de signer votre pétition, il faudrait dire aux gens que la majorité des jeunes aiment le cours d'éthique et de culture religieuse parce qu'ils veulent réfléchir sur des religions et des modes de vie différents des leurs. Ils faudrait aussi leur dire que les enseignants aiment travailler avec des jeunes qui questionnent, qui sont ouverts aux différences et qui se sentent valorisés quand on reconnaît leur intelligence, leur sens des valeurs et leur capacité d'analyse... avec des profs qui ne leur cachent pas une partie de la réalité comme le propose votre pétition, car se serait alors de la propagande à des élèves qui gobent tout!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer