Toponymie: «Mensonges et trahison... et plus si affinités»

Les changements de noms de rues à Shawinigan... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les changements de noms de rues à Shawinigan connaissent des ratés.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Ces mots qui constituent le titre du film réalisé par Laurent Tirard en 2004, pourraient s'appliquer aux nombreux ratés de notre nouvelle toponymie (les nouveaux noms de lieux et de rues de Shawinigan).

Cette dernière, censée nous procurer une plus grande sécurité selon le maire Angers et ses sources, nous apporte des conséquences cocasses suggérant un amateurisme déconcertant mais certain de la part d'une bureaucratie galopante. Aucune entreprise privée ne survivrait à autant de ridicule.

Habitant un bout de chemin appelé autrefois «chemin Lavergne», j'ai le plaisir maintenant d'avoir une adresse dite «impasse de la Pointe-à-Comeau». Le nom antérieur a bel et bien été biffé en rouge mais on n'a pas mis le nouveau nom au-dessus, de sorte que les fournisseurs m'appellent régulièrement pour me demander où je demeure.

Google Maps me fait déménager à nouveau puisque je suis sur le chemin de la Pointe à Comeau et que l'adresse avec «impasse» ne sort pas.

On a par contre biffé une pancarte indiquant «Corporation des propriétaires du Chemin Lavergne»; pourtant il ne s'agit pas ici d'une rue. En passant, l'autre extrémité de la pointe à Comeau est aussi une impasse.

Le maire nous avait promis que Postes Canada allait livrer le courrier aux deux adresses (l'ancienne et la nouvelle) pour le reste de l'année. Surprise: j'ai reçu un appel parce qu'un document m'étant destiné de Québec était retourné dans la Vieille Capitale avec la mention «adresse inexistante».

Je ne saurais dire le nombre de fois, où en donnant ma nouvelle adresse, je me suis fait répondre «Ça ne rentre pas»; pourtant nos autorités municipales, se gargarisant à l'électronique, auraient dû prévoir cette éventualité toute simple.

Enfin, lors d'un appel au 9-1-1 pour rapporter un accident, appel bien localisé par le GPS de mon téléphone tel que mentionné par l'interlocuteur, les policiers ont tardé à intervenir étant donné que le dossier avait été dirigé vers la SQ de Maskinongé au lieu de Shawinigan.

Malgré tout, la région est extraordinaire et il fait bon y vivre. Pourquoi vouloir jouer à la grande ville quand une petite ville surtaxée et surendettée ne s'y retrouve plus? Où est la sécurité promise? À moins que l'impasse soit Shawinigan elle-même...

Jean Mailhot

Secteur Grand-Mère

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer