Une lecture subjective

Andréa Richard... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Andréa Richard

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre d'Alexandre Dumas intitulée «L'école ne doit pas non plus enseigner les valeurs d'Andréa Richard», publiée dans notre édition du 7 septembre.

Avant de porter un jugement sur le désir que soit enlevée la partie culture religieuse du cours ECR, il faut prendre connaissance du livre La face cachée du cours Éthique et culture religieuse, Éd. Léméac, écrit par un collectif d'experts et guidé par Daniel Baril, anthropologue.

C'est une étude et analyse sérieuse de plus d'une vingtaine de manuels scolaires. Ce livre est d'une logique remarquable, nous donne une information pertinente et vraie, fondée aussi sur des témoignages de parents, d'élèves, et de professeurs.

Depuis l'instauration de ce cours, plusieurs organismes en ont demandé l'abolition.

Dans ce livre, Michèle Sirois, anthropologue et Nadia El-Mabrouk, d'origine Tunisienne, ont écrit: «Au terme de cette étude, nous avons pu constater que le volet culture religieuse va à l'encontre des objectifs de dialogue et de poursuite du bien commun affichés par le cours. En particulier, la discrimination religieuse à l'égard des femmes transparaît clairement, à travers les illustrations, qui ne laissent aucun doute quant au statut inférieur des femmes dans les religions.» 

Monsieur Dumas, votre lecture est subjective; je n'ai pas accusé les professeurs d'interdire les critiques. C'est un des initiateurs du cours, M. Georges Leroux, qui a demandé l'absence de critique.

Mais oui, on se doit d'éclairer nos jeunes, voire les mettre en garde en ce qui concerne l'intégrisme religieux. Or ce cours n'est pas donné dans un cadre historique qui ferait en sorte que les jeunes seraient informés et renseignés de par des historiens anciens et nouveaux; mais c'est présenté de façon dogmatique, à la manière du catéchisme des années 50!

Avez-vous peur, Monsieur Dumas, que nos jeunes apprennent ce que les historiens révèlent, ou préférez-vous qu'ils demeurent dans l'ignorance et pensent que tout est bon, tout est cool, alors surtout, taisons-nous, et laissons tout faire!

Vous attaquez mes valeurs sans les connaître, je suis pour la démocratie, la justice, la vérité, le partage, l'honnêteté, l'amour et l'amitié, et plus... Et j'ai à coeur le bien des jeunes de demain.

Andréa Richard

Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer