En plein dans le mille!

En réaction à la lettre d'Yves Donaldson intitulée «

Agrandir

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre d'Yves Donaldson intitulée «Avant les CHSLD, il y avait pépère et mémère», publiée dans notre édition du 2 septembre dernier.

M. Donaldson, j'ai lu et relu votre lettre. Comme vous avez raison!

Dans les CHSLD et ailleurs, on s'efforce de prolonger la vie par tous les moyens...

Très souvent en oubliant la qualité de celle-ci et surtout les désirs du malade. Sans l'avis du médecin, le patient ne peut changer de niveau de soins (il y en a cinq). On le bourre alors d'Ensure et de médicaments comme vous l'expliquez si bien.

Il est grand temps que les soins de longue durée soient réétudiés dans leur ensemble avec une approche plus humaine. Pour y arriver: moins de théorie et plus d'effectif car le personnel de ces centres est exténué, dévalorisé, démotivé.

L'assurance-maladie met à notre disposition un certain document qu'il faut signer en ayant toutes, toutes, toutes nos facultés pour éviter l'acharnement des soins en fin de vie; pour mourir en paix... tout comme mémère et pépère le faisaient. Il serait certes bon que toutes les personnes vieillissantes soient mises au courant de l'existence d'un tel document avant de perdre quelques facultés et d'être placées en CHSLD.

M. Donaldson, j'aurais aimé vous rencontrer dans les couloirs de l'hôpital et discuter avec vous. Votre compréhension du vieillissement est réconfortante malgré sa pure et triste réalité.

Yolande Boisvert-Martineau

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer