Le maire Lévesque et le régionalisme

On a alors entendu le maire mentionner que... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

On a alors entendu le maire mentionner que la Classique n'avait pas de grandes retombées économiques pour la ville et que ce n'était populaire qu'auprès des membres des familles des canotiers ou de quelques-uns de leurs amis.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

J'ai sursauté mardi matin en entendant le maire Lévesque en entrevue au 106,9 FM répondant à la question de l'animatrice qui émettait une opinion à savoir que contrairement à la Traversée du lac Saint-Jean, la Classique internationale de canots ne bénéficiait sans doute pas de toute l'attention qu'elle mérite.

L'animatrice référait avec subtilité au fait que la Ville de Trois-Rivières n'en faisait pas assez pour rendre l'événement encore plus populaire.

On a alors entendu le maire mentionner que la Classique n'avait pas de grandes retombées économiques pour la ville et que ce n'était populaire qu'auprès des membres des familles des canotiers ou de quelques-uns de leurs amis.

Cette réponse cavalière du maire reflète toute sa philosophie entourant les activités sportives ou autres qui se déroulent dans la région. Pour lui et ceux qui l'entourent au conseil municipal, ce qui est important c'est ce qui origine directement de Trois-Rivières.

Si ça vient de l'extérieur de sa ville, il ne vaut pas la peine d'y porter attention. Que la Classique génère de la volonté de plusieurs centaines de jeunes de faire de l'activité physique et de développer l'esprit de compétition, cela ne représente pas grand-chose à ses yeux.

Cette philosophie ne date d'ailleurs pas d'hier car elle a été malheureusement appliquée il y a plus de 15 ans alors que la Ville favorisait la mise en place de l'activité «Les Délices d'automne» au port de Trois-Rivières, activité curieusement programmée la même fin de semaine que la Classique, qui en était alors à ses 66 ans d'existence.

C'était à n'y rien comprendre. Pourquoi avoir choisi cette fin de semaine particulièrement? Pour mettre du bois dans les roues des organisateurs de la Classique? Si c'est ce que l'on appelle «croire à l'esprit régional», je n'y comprends rien.

Je ne sais pas ce que fera l'administration municipale du maire Lévesque l'an prochain mais si les mots «esprit régional» veulent dire quelque chose, il sera temps de le démontrer.

Yvon Gagnon

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer