L'école ne doit pas non plus enseigner les valeurs d'Andréa Richard

Andréa Richard... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Andréa Richard

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur est chargé de cours à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Andréa Richard poursuit son combat contre les religions et demande maintenant au gouvernement de l'assister par le biais du système d'éducation. Elle accuse les professeurs d'éthique et culture religieuse d'interdire la critique des religions, de présenter celles-ci comme «bonnes» et de favoriser ainsi le développement de l'intégrisme religieux.

Je participe moi-même à la formation des futurs maîtres à l'université. Je n'ai jamais vu devant moi des idiots utiles se préparant à vanter les messages religieux à leurs élèves. J'ai au contraire toujours vu des esprits allumés se préparant à enseigner la réflexion et la pensée critique.

L'objectif du cours n'est pas d'enseigner que les religions sont bonnes, mais d'expliquer pourquoi, encore en 2016, des milliards de gens croient toujours, et pourquoi le fait d'adhérer à une école de pensée ou à une autre ne rend pas différent ou inférieur.

Selon Andréa Richard, le cours devrait enseigner clairement que les religions sont «archaïques et dépassées». La vie scolaire sera alors belle pour les jeunes chrétiens, les jeunes juifs et les jeunes musulmans, qui seront alors identifiés par les autres élèves au mieux comme de malheureux endoctrinés, au pire comme les dangereux propagateurs d'idéologies malsaines.

La légitimité des croyances religieuses est pourtant affirmée autant par la constitution canadienne que par la Charte québécoise des droits et libertés. Au nom de quelle sacro-sainte vérité demanderait-on aux enseignants de véhiculer le message contraire?

Les religions ne sont pas une maladie infectieuse transmise par le contact. Le fait de voir une femme voilée sur la couverture de leur manuel de cours n'a pas encore suscité aux jeunes filles l'envie irrésistible de l'imiter et de louanger Allah.

Avant de prétendre que le cours d'éthique et culture religieuse est une «propagande des religions» et qu'il favorise le développement de «l'intégrisme religieux extrémiste», s'est-on seulement demandé si cette peur se reflétait dans la réalité? Le cours est implanté depuis maintenant plusieurs années.

A-t-on assisté à la conversion de milliers d'enfants à une religion qui n'est pas celle de leurs parents? Sur quelles études le raisonnement d'Andréa Richard et de ses alliés Noëlla Champagne et Jean-François Lisée s'appuie-t-il?

L'enseignement religieux a perduré dans nos écoles jusqu'au début des années 2000. Les Québécois n'ont pourtant pas attendu aussi longtemps pour déserter les églises et s'éloigner de la religion. La nouvelle génération n'est pas davantage menacée par un cours qui ne fait que lui apprendre l'existence des religions et leur diversité.

D'un point de vue objectif, l'athéisme est une école de pensée qui n'a pas plus ou moins de valeur que le christianisme, le libéralisme ou le végétarisme.

Bien que tous les parents apprécieraient probablement que leurs propres valeurs soient enseignées à leurs enfants tout au long de leur parcours scolaire, la diversité commande le respect des valeurs de chacun.

Loin d'éloigner les enfants de l'intégrisme, enseigner la supériorité morale de l'athéisme risque au contraire de les en rapprocher en encourageant les parents croyants à inscrire leurs enfants dans les écoles catholiques, juives et musulmanes, là où leurs valeurs ne sont pas officiellement attaquées et où leurs enfants ne seront pas stigmatisés.

Andréa Richard croit que l'école n'a pas à enseigner les valeurs religieuses. Je crois que l'école n'a pas davantage à enseigner les valeurs d'Andréa Richard.

Alexandre Dumas

Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

  • Andréa Richard part en croisade

    Actualités

    Andréa Richard part en croisade

    Estimant que le cours d'éthique et de culture religieuse représente «une véritable propagande des religions» et qu'il risque «de produire un terreau... »

  • <em>Une lecture subjective</em>

    Opinions

    Une lecture subjective

    En réaction à la lettre d'Alexandre Dumas intitulée «... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer